Bernard FRIT et LA TEMPERANCE

La fin du mal-être.

Voici le début de la phase de transformation. Nous venons de questionner le mal-être et maintenant nous allons envisager la possibilité qu’il ait une fin. C’est une induction hypnotique très puissante. La personne va choisir son chemin de vie et tracer sa route au lieu de voir la vie en noir.

<---video--->
<---audio--->

Nous quittons ici l’anamnèse proprement dite pour démarrer la phase de transformation.

Le but de cette phase est de commencer à imaginer la fin du mal-être. Nous venons de questionner le mal-être, comment il est constitué, ses causes, ce qui le réactive et maintenant nous allons passer à la possibilité qu’il ait une fin.

Mais, nous allons nous rendre compte très vite, que la fin du mal-être ne suffit pas. Si on imagine que son mal-être enferme la personne dans une cage, alors la fin du mal-être ouvre la cage.

Or, si nous ouvrons la porte de la cage et que la personne sort de sa cage, si elle ne sait pas où elle se trouve, ni dans quelle direction aller, alors elle court le risque non négligeable de retourner dans la cage même si la porte reste ouverte.

C’est un comportement animal très fréquent.

N’oublions pas que nous sommes aussi des animaux.

Qu’est-ce que la fin du mal-être va permettre de réaliser ?

Voilà peut-être la question la plus importante de toute cette série. En effet cette question suppose que le mal-être empêche de réaliser quelque chose ou du moins qu’il induit une frustration. Et c’est la question la plus importante parce que c’est celle-là qui va permettre de créer les conditions pour résoudre le problème qui a amené cette personne en consultation.

Comme nous l’avons vu précédemment, si on sort de la cage et qu’on ne sait pas où aller, on a de fortes chances de retourner dans la cage du mal-être. Cette question va permettre à la personne de commencer à imaginer ce que va être sa direction de vie. Vers quel objectif de changement elle va pouvoir se diriger. Car une chose est sûre, si la vie de la personne s’est résumée à tourner en rond dans une cage, il est sûr que la solution ne se trouve pas dans la cage.

Si le mal-être disparaît, quelles seront les conséquences ?

Il s’agit ici d’accompagner la personne dans un travail d’anticipation et d’imagination :

Ce qu’on cherche à faire, c’est commencer à induire l’idée que c’est la réalisation de quelque chose de nouveau, d’un projet de vie nouveau ou d’un changement dans l’existence qui aura pour conséquence d’éliminer le mal-être.

Les conséquences positives ou négatives de la fin du mal-être ?

Il s’agit ici de commencer à questionner les conséquences du changement ou du projet imaginé par la personne. Cela permet d’éliminer certaines idées trop irréelles ou trop compliquées.

Cela a aussi la vertu de solliciter l’imagination et surtout de développer la capacité d’imaginer les conséquences, aussi bien positives que négatives d’une décision, d’une action, d’un projet, d’un changement, etc.

Nous préparons la phrase suivante qui va consister à définir un objectif et à travailler sur cet objectif et en particulier sur son réalisme et sa bonne formulation.

Cette question est une sorte de filtre à éliminer tous les objectifs possibles qui seraient inappropriés ou avec trop de conséquences négatives pour la personne.

Une autre vertu de cette question, c’est d’obliger la personne à considérer que la fin de son mal-être est acquis qu’il y aura un objectif à atteindre et que celui-ci aura des conséquences. Cela décolle l’attention de la personne du mal-être pour la poser sur ce qu’il adviendra une fois que celui-ci sera éliminé.

SAS IEPNL - LA TEMPERANCE - Combre - 63250 Chabreloche - France
www.temperance.fr | +33 473 942 776 | [email protected]
Conditions Générales de Vente | Mentions Légales | Politique de Confidentialité