L’alliance magique du mental et de l’intuition.

Accueil > Thérapie > Psychothérapie > Psychothérapie de couple

Psychothérapie de couple

  • Est-ce que je me sens aimé ? Quels sont mes critères ?
  • Est-ce que mon partenaire se sent aimé ?
  • Avons-nous besoin d’une aide (psychothérapie) pour sortir de l’impasse relationnelle, régler des divergences de point de vueet de fontionnement ou une situaiton conflictuelle ?

LES ÉTAPES DE LA RELATION AMOUREUSE

(d’après Leslie Cameron-Bandler)

Il n’est pas nécessaire d’être un grand clinicien pour repérer les signes qui montrent que l’amour s’en va, qu’il s’agisse de soi ou de quelqu’un d’autre. Il s’agit parfois de plaintes ouvertes ou déguisées derrière l’humour au sujet du partenaire, de soupirs significatifs pour avoir laissé la boîte de lait vide dans le réfrigérateur ou pour toute autre peccadille de ce genre...

Parfois l’amour s’éclipse sans avertissement après une offense ou une indiscrétion qui prend l’allure d’une blessure mortelle et sans espoir de guérison.
Mais dans tous les cas les schémas qui émergent sont les mêmes et il convient de les reconnaître.

Un jour, on entend les phrases familières : « Je ne sais ce que j’ai pu lui trouver », « Je le vois maintenant exactement comme il est », « J’étais vraiment aveugle... », « J’étais folle » (sous-entendu : « Maintenant je ne le suis plus ») ; « J’ai besoin de m’éloigner pour faire le point » (sans toi, bien sûr...), « La relation était trop étouffante », « Je t’aime encore mais je ne peux plus vivre avec toi ».

Il est nécessaire d’avoir une bonne compréhension du processus par lequel on tombe amoureux, par lequel on maintient la relation amoureuse et par lequel on sort de la relation amoureuse.

Les étapes suivantes vont de l’attraction à la séparation et constituent un excellent outil pour diagnostiquer où l’on en est dans la relation, et le cas échéant, indique l’intervention qui peut être tentée... S’il n’est pas trop tard. Elles permettent d’établir un objectif atteignable.
Ces étapes sont les suivantes :

Attraction Appréciation Accoutumance Attente Déception/Désillusion Atteinte du Seuil/Réorientation perceptuelle Vérification Fin de la relation.

On nomme ces huit étapes : « Schéma du Seuil ».
On notera que dans un couple les deux partenaires n’en sont pas forcément à la même étape. C’est pour cette raison que certaines interventions sont nécessaires et indiquées pour l’un des partenaires et ne le sont pas pour l’autre.
L’amour naît, vit et meurt parfois, même si au début il se veut éternel !

Les équivalences complexes comportementales (E.C.C)

  • Équivalence veut dire ici : avoir la même signification.
  • Complexe se réfère à un système interconnecté.
  • Comportemental se réfère à un comportement observable.
    Une E C C est la signification de la relation amoureuse, voici quelques exemples possibles d’E C C de l’amour : regarder dans les yeux ; faire un cadeau ; laisser l’autre seul quand il travaille ; toucher le partenaire d’une certaine manière...
    Cette liste est infinie et chaque personne a ses propres E C C. Celles-ci sont perçues et rarement questionnées. Elles ne sont pas forcément conscientes.
    L’E C C est présumée vraie. Quand le comportement est présent il est automatiquement, pour le sujet, une preuve que le critère de l’amour est présent ou... absent.
    Ex :« Elle me regarde dans les yeux, elle m’aime ».
    « Elle ne me regarde pas dans les yeux, elle ne m’aime pas ».
    Une grande caractéristique des E C C, c’est que les gens sont très flexibles à leur sujet : le même comportement est interprété différemment par des personnes différentes.
    Ex :« Il est avec une personne qu’il ne connaît pas ; il baisse les yeux vers le sol et arrondit les épaules ».
  • pour l’un, cela veut dire qu’il est timide.
  • pour l’autre, cela veut dire qu’il est faux-jeton, et prépare un mauvais coup.

Les E C C entraînent des réactions différentes : dans l’exemple précédent, il se peut que la première personne se fasse rassurante, mette à l’aise, etc., et que la seconde se tienne franchement sur ses gardes.
Les E C C qui jouent le rôle majeur dans la phase d’attraction entre deux personnes sont celles qui ont à voir avec le critère d’attirance. Ex : Intelligence, côté sexy, force, humour, chaleur, etc.

Or, chacun de nous a établi des E C C pour chacun de ses critères. Pour découvrir les E C C, il convient de poser la question classique :
"Comment sais-tu qu’il est ...(intelligent, chaleureux... ?)
(à quoi vois-tu, que... ; à quoi entends-tu que... ; qu’est-ce qui est pour toi la preuve que, etc).
Nous avons aussi des E C C pour l’absence de critère. (« Comment sais-tu qu’il n’est pas... »). Cette E C C est souvent celle de l’opposé du critère.
Les E C C s’illustrent très bien par le dicton : « la Beauté est dans l’oeil de celui qui regarde »...

1. Attraction (ou le début : les lunettes roses)

C’est ici qu’entrent en jeu les E C C pour le critère de l’amour (Aimer et Etre aimé). Deux ou trois E C C se généralisent le plus souvent à l’ensemble de la personne et à ses comportements. De plus, on se trouve mieux soi-même au contact de la personne aimée.
« Elle est exactement celle que je cherchais, sa voix douce, sa manière calme de parler, de me demander à chaque fois mon avis et d’écouter la réponse, etc. Sa manière de choisir et de porter ses vêtements, cette élégance discrète, ce frisson qui me parcourt lorsqu’elle me touche, sa sensualité, son intelligence, » etc.
Pourtant, dans son entourage, on se demande activement ce qu’il a bien pu lui trouver. Eux, la trouvent fade, ennuyeuse, inintelligente, froide, etc. A chacun ses E C C !
Lorsqu’un certain nombre d’E C C sont satisfaites, les yeux de l’amour font le reste : il y a généralisation à l’ensemble des comportements de la personne. (L’amour est aveugle ?)
Elle est une créature exceptionnelle, au-dessus de l’ensemble des mortels !
Un filtre s’installe et une croyance inébranlable. Elle est tout pour moi. Je suis tout pour elle.
(« En amour il ne faut qu’une nuit pour faire un Dieu d’un homme. » Properce).
Dans le contexte, elle satisfait toutes mes E C C importantes. C’est le temps de la romance, de l’intensité, de l’excitation. (« Un seul être vous manque et tout est dépeuplé » Lamartine)

2. Appréciation

La phase de l’appréciation est atteinte si celle de l’attraction a été maintenue un certain temps, c’est à dire si les E C C continuent à être satisfaites. La relation prend forme. Ils se voient régulièrement, forment un couple, sont mariés ou vivent ensemble. Ils sont ravis d’être ensemble.
De toutes les expériences qu’ils vivent, ils ne perçoivent que celles qui leur sont chères. Leurs filtres ne laissent passer que ce qui prouve leur amour. Il est tout à fait naturel qu’ils se sentent aimés puisqu’ils font attention à tout ce qu’ils vivent de nouveau. Ils s’apprécient authentiquement. Mais cette phase peut être basée sur un large éventail d’illusions concernant les désirs ou besoins du partenaire.
En fait, plus les désirs et besoins de l’un et de l’autre sont connus et satisfaits, plus la relation aura de chances de durer...
On comprendra aisément combien il peut être important de connaître les E C C du partenaire pour le satisfaire.
Il est tout aussi important de comprendre ses propres E C C afin de savoir comment inciter l’autre à les satisfaire.
D’où une série de questions : « Comment sais-tu que tu es aimé ? Comment exprimes-tu ton amour ? Comment ton partenaire sait-il que tu l’aimes ? S’il fallait que tu fasses une liste des expériences que tu crois nécessaires pour établir et maintenir une relation amoureuse, quelle serait cette liste ? S’il y a le respect (intelligence, chaleur...) sur cette liste que doit faire concrètement ton partenaire pour que tu te sentes respecté, etc. ? »
Sans une connaissance et un repérage précis des E C C, seul le hasard peut apporter la satisfaction attendue.
D’un autre côté, connaître les significations des comportements de votre partenaire permet une meilleure compréhension et appréciation.
Ex : il nettoie la cuisine. Le fait-il parce qu’il se sent coupable ou parce qu’il est amoureux ?
Ne voit-on pas trop souvent des couples qui se chamaillent à cause de comportements impliquant des E C C ?


3. Accoutumance (Certitude. Fiabilité)

Cette phase peut être positive si vous savez retourner à la phase d’appréciation et faire d’occasionnels retours à la phase d’attraction.
Si l’on a été suffisamment longtemps dans une pièce on a tendance à ne plus remarquer les détails, ni les nouveautés.
De même, chacun peut s’installer dans la sécurité, le confort, la familiarité au sein du couple.
Cette phase peut être merveilleuse ou non selon que l’on recherche la sécurité ou l’aventure. (Accoutumance =sécurité ou accoutumance = ennui).
Certes les lunettes ne sont plus aussi roses qu’au début, mais tout le rose n’est pas parti pour autant.
Ce qui était autrefois un véritable délice n’est même plus remarqué aujourd’hui... cela suffit parfois à faire consulter certains couples.

4. Attente (le début de la fin ou la fin du début)

La différence énorme entre le devoir et le plaisir montre ici son nez.
Vous connaissez certainement des couples qui ont vécu ensemble et qui, une fois mariés, se chamaillent pour des choses insignifiantes, en apparence.
Ex : Elle avait vécu seule avec son enfant, puis ils ont vécu ensemble. A ce moment là, c’est lui qui se levait et conduisait l’enfant à l’école. Elle appréciait beaucoup. Ils se sont mariés et il ne le fait plus. Elle pense qu’il DEVRAIT le faire, que c’est son DEVOIR de mari.
Ce qui était fait pour faire plaisir et qui n’est plus fait est désormais un devoir qu’il n’accomplit plus.
Elle lui faisait une caresse spéciale dans le dos, elle ne le fait plus. Il évalue le temps qui s’est écoulé depuis la dernière caresse... Il attend, il s’attend à ce qu’elle le refasse. L’attente construit les bases de la déception.
Ce qui était apprécié et qui continue à être fait n’est plus remarqué. C’est normal, il ou elle fait son devoir.
Il est facile de glisser de l’Accoutumance à l’Attente. Ce qui était apprécié ne l’est plus. Il y a beaucoup plus de plaintes que de compliments. Les filtres sont changés et on note ce qui n’est plus là, plutôt que ce qui est là.
Les « tu devrais... tu aurais dû » marquent le passage de la romance au devoir.
Il paraît tout à fait naturel de développer des attentes dans la vie quotidienne (que l’eau sorte du robinet ; que la voiture démarre, etc.), mais ce n’est pas une bonne chose lorsqu’il s’agit de son conjoint.
Dans cette phase, l’absence de comportements désirés est le processus par lequel se mettent en place les E C C pour « ne pas être aimé ; ne pas être désiré », etc.

5. Déception/Désillusion

Il n’y a qu’un pas de l’Attente à la Déception ; dès que l’absence de comportements hautement valorisés en vient à signifier la négation d’E C C importantes, les filtres sont ajustés pour repérer tout ce qui ne va pas. On pense facilement que le partenaire prend des mauvaises habitudes, alors que celles-ci étaient présentes depuis toujours. On accommode désormais sur tout ce qui ne va pas et cela conduit à ne pas se sentir aimé, respecté, etc.
Les expérience désagréables s’accumulent, s’empilent... plus ou moins rapidement selon les personnes.
Parfois, il s’agit de la violation d’une E C C essentielle comme l’infidélité.
Le signe fondamental que la personne est à cette phase, mais n’a pas encore dépassé le seuil, est qu’elle peut encore se souvenir des choses agréables du passé. Le présent est négatif, mais les souvenirs sont encore des ressources accessibles.
A ce stade le thérapeute peut encore les aider...

6. Le seuil/la réorientation perceptuelle

(Il faut bien distinguer le mécanisme par lequel on atteint le seuil, du mécanisme par lequel on le dépasse)

Le point de Seuil correspond au moment précis où une croyance est construite : « c’est fini ; ça ne vaut plus la peine » : la relation est terminée et il n’apparaît plus possible que les E C C soient encore satisfaites.
La personne se dissocie des souvenirs agréables et s’associe pleinement dans les souvenirs désagréables. Elle sait qu’il y a eu des souvenirs agréables mais ne peut plus les ressentir.

Les lunettes rose n’existent plus et sont désormais grises : « Il est trop tard ; il n’y a plus rien à faire ; je vois maintenant ce qu’il est vraiment » etc.
L’expérience est désagréable, terrible même ; elle l’est aussi pour l’autre partenaire qui n’a pas forcément passé le seuil. Souvent, le passage du seuil se fait de manière inattendue, d’un seul coup ; C’est « la goutte d’eau qui fait déborder le vase ! » Dans un couple, si l’un a passé le seuil et l’autre pas, le premier sabotera (même inconsciemment) toute tentative de réconciliation. A ce stade on peut encore intervenir en psychothérapie.

Cependant, il est des couples qui restent ensemble malgré ce passage du seuil...

7. Vérification

Il s’agit ici de vérifier si les partenaires souhaitent continuer ou non leur relation et de leur faire formuler leurs objectifs : « se réconcilier » ou « se séparer en douceur »....

8. Séparation ou Vie à deux

Cette étape dépend de la précédente.

NB : Lorsque l’on recueille de l’information concernant un couple il convient donc d’être attentif à un certain nombre de points :

  • Quelles sont les E C C de chacun
  • A quelle phase en est chacun ?
  • Comment la personne réagit-elle face à ses souvenirs agréables et désagréables ?
  • Quels sont les objectifs éventuels (maintien de la relation, séparation, etc.)

TEST : Où j’en suis dans ma relation amoureuse ?

Voir aussi- : Qu’est-ce que l’Amour ?