L’alliance magique du mental et de l’intuition.

Accueil > Psychopathologie > Le développement moteur et l’apparition de l’intelligence

Le développement moteur et l’apparition de l’intelligence

Que ce soit en complément d’une formation à la relation d’aide, d’une formation de psychothérapeute ou pour améliorer toute pratique de la psychothérapie, une connaissance approfondie de la psychopathologie et du développement de l’enfant semble indispensable à qui veut connaître le minimum de psychologie et de psychopathologie pour au moins différencier névrose et psychose.

Dans cette série nous vous parlons de l’importance de la petite enfance sur la construction de la personnalité. Nous vous présentons les différents stades du développement psycho-affectif de l’enfant, les erreurs à éviter et les conduites à tenir. Au fil des articles vous comprendrez mieux comment se construisent les différents types de personnalités .

Le tableau de la première année resterait très incomplet si nous ne tenions pas compte du développement moteur.
Les mouvements du bébé sont massifs et globaux, activés ou inhibés par les stimuli extérieurs (bruit, apparition d’une personne extérieure). Ces mouvements sont spasmodiques et incoordonnés.

On peut voir quatre étapes de trois mois de ce développement au cours de la première année.

  • Il concerne la bouche et les yeux pendant les trois premiers mois.
  • Puis de trois à six mois : la région de la tête, du cou et des épaules.
  • De six à neuf mois : la région du tronc, des bras et des mains.
  • Et enfin de neuf à douze mois : ce sera le tour des extrémités : langue et doigts, jambes et pieds.

Quelques repères peuvent être donnés

Vers quatre mois : l’enfant tient sa tête droite et devient mobile.

Vers cinq mois : il saisira l’objet qu’il voit.

Vers six mois : il utilisera son pouce.

A six/sept mois : l’enfant reste assis avec soutien.
L’enfant porte tout à la bouche car c’est sa manière de reconnaître les objets.

A cinq mois : la préhension se fait autant de la main gauche que de la main droite.

A sept/huit mois : l’enfant s’engage dans l’apprentissage de la station debout et la marche.

A neuf mois : il est en parfait équilibre assis et peut se pencher et se tourner sans tomber. Sa motilité se développe et il peut prendre son biberon dans sa main. L’index est de plus en plus actif.

Presque vers onze mois : il porte les objets à la bouche.
A douze mois : l’enfant se tient debout même si l’équilibre n’est pas stable, il préfère recourir à la station quadripède pour se mouvoir en toute sécurité. Il peut empiler des objets, gribouiller, empiler des cubes.

Cette préhension plus fine et cette motilité va occasionner non seulement des expériences positives valorisantes pour l’enfant mais aussi négatives (comme se brûler, se pincer) qui renforceront la conscience de soi, qui occasionneront l ’apparition d’une certaine anxiété et provoqueront le recours de l’adulte consolateur.
La position debout va accroître son champ visuel. Cette motilité lui apprend aussi à venir quand on l’appelle mais aussi à fuir les bras qu’on lui tend et à marquer son autonomie commençante, sa séparation d’avec les êtres qui l’entourent.

Cet intense développement moteur ne se dissocie pas d’un développement intellectuel et sensoriel simultané.
Au fur et à mesure de ce développement, l’objet devient extérieur au Moi.

Début de l’intelligence

C’est dans le cadre de l’activité motrice que PIAGET a mis en évidence l’apparition de l’intelligence autour du huitième mois.
Tout d’abord, on pourra dire que le nouveau-né ne dispose que de réflexes héréditaires qui fonctionnent pour eux-mêmes et dont le prototype serait la succion. Bientôt ses réflexes se doubleront d’adaptations acquises qui vont se répéter et se fixer : le bébé sucera son pouce. L’acte chez le bébé aura une direction, ne se fera plus pour lui-même mais aura un sens propre, il se fera en vue d’un résultat extérieur.

A partir de huit mois, il n’y aura plus de répétition et de reproduction de son résultat habituel mais coordination de ses actes entre eux en vue d’un but posé préalablement. Les éléments du répertoire moteur, les entités motrices dont l’enfant dispose deviennent « mobiles » et susceptibles d’être utilisées et coordonnées entre elles. L’organisation des éléments moteurs succède à leur simple répétition : ils deviennent des « moyens » permettant d’atteindre une fin et dès lors on peut dire que l’enfant adapte son comportement à la situation, choisit dans son répertoire moteur les actes qui conviennent.

Vers la fin de la première année, un dernier perfectionnement se fait jour. Lorsqu’un résultat est obtenu « par hasard », il n’est plus simplement reproduit de manière stéréotypée, au contraire, l’enfant cherche à le reproduire avec des variations, à le modifier, il tâtonne et étudie les fluctuations du résultat. Donc, il y a expérimentation active. L’activité devient exploratrice. Par exemple, l’enfant de onze mois qui fait toujours tomber le même objet mais en modifiant le résultat. Il découvre des conduites nouvelles, de nombreuses réactions concrètes et met au point des modes d’action.

La première année se termine avec l’apparition de l’intelligence pratique ou manipulatoire (par exemple : l’enfant qui tire la couverture sur laquelle se trouve un objet afin de le ramener vers lui).

Toutes ces conduites ne sont que l’expérimentation, liée à la manipulation effective, au contact spatial et actuel. La libération de la pensée par rapport à l’action, le dépassement du mode concret par un mode représenté, s’amorcera au cours de l’étape suivante.

L’âge bébé n’est-il pas le plus éloigné de nos usages adultes, le plus étrange par rapport à notre mentalité, et peut-être aussi le plus étranger à nos préoccupations psychologiques et éducatives ?

Ce petit être singulier considéré comme indigne de tendresse et de désintéressement, qui est regardé comme une chose ou un petit animal, effectue l’évolution la plus importante de sa vie en faisant des expériences déterminantes pour son avenir.
Nous lui prêtons souvent une mentalité que nous calquons sur la nôtre et oublions combien il est différent de nous, nous interprétons son comportement en termes d’adultes, ce qui nous interdit de comprendre quoi que ce soit aux manifestations de son psychisme en élaboration.