L’alliance magique du mental et de l’intuition.

Accueil > Psychopathologie > Bouddhisme > Les quatre nobles vérités (2)

Les quatre nobles vérités (2)

Dans l’article précédent, nous avons déjà vu la vérité de la souffrance et la vérité de l’origine de la souffrance.

La vérité du chemin qui mène à la cessation de la souffrance

C’est le chemin spirituel qui permet de purifier tous les voiles de l’esprit, notamment par la pratique de la Voie Octuple ou à huit branches.

1. La compréhension juste. C’est la reconnaissance de la nature de la souffrance du cycle de l’existence (samsara) et la « transcendance de la souffrance » (littéralement nirvana).

2. L’intention juste. C’est ne pas avoir un état d’esprit malveillant, mais au contraire bienveillant.

3. La parole juste. C’est ne pas parler négativement, mais exprimer des paroles bénéfiques.

4. La conduite juste. C’est ne pas nuire à autrui au moyen de notre corps physique, mais agir de manière attentionnée.

5. Le moyen d’existence juste. C’est ne pas avoir une activité nuisible, mais être intègre.

6. L’effort juste. C’est ne pas commettre des actions insensées ou inutiles, mais des actions bienfaisantes.

7. La vigilance juste. C’est préserver une attention constante envers tous nos actes du corps, de la parole et de l’esprit.

8. La méditation juste. Elle est principalement fondée sur la pratique de la pacification mentale (samatha) et de la vision pénétrante (vipassana). Afin de pratiquer ces techniques de méditation, il est recommandé de demander conseil à un guide spirituel.

En résumé, il ne faut ni nuire à soi-même ni à autrui, mais s’aimer soi-même et aimer son prochain.

La vérité de la cessation de la souffrance

La nature essentielle de l’esprit peut être comparée à un joyau à cinq facettes, qui symbolisent la transformation des cinq tendances émotionnelles en les cinq sagesses d’un Bouddha. Il ne s’agit pas de se laisser emporter par les émotions car cela crée encore plus de souffrance, ni de les réprimer car cela finit par beaucoup de frustration.

La pratique principale consiste à en reconnaître leur absence de réalité. Par exemple, lorsqu’on est sous l’emprise d’un attachement excessif ou d’une très forte colère, il faut d’abord réaliser que ces pulsions conflictuelles n’ont vraiment aucun sens et qu’elles n’engendreront en nous que des troubles psychosomatiques, sans compter tout le mal infligé aux autres à cause d’elles.

De même l’orgueil, qui est un complexe de supériorité vis à vis des autres et la jalousie, qui est un malaise d’infériorité par rapport à autrui, feront que nous deviendrons une personne antipathique et pleine d’angoisse.

L’ignorance fondamentale est le manque de lucidité de l’esprit. Par la reconnaissance de l’inanité de toutes ces tendances, l’énergie négative se transforme naturellement en énergie positive.

La transcendance du désir-attachement est la sagesse du discernement.

La transcendance de la colère-aversion est la sagesse du miroir.

La transcendance de l’ignorance fondamentale est la sagesse de l’absolu.

La transcendance de l’orgueil est la sagesse de l’égalité.

La transcendance de la jalousie est la sagesse de l’accomplissement.

Lorsqu’un homme ou une femme a actualisé cet état d’éveil en son esprit, il ou elle est un Bouddha et peut réellement oeuvrer pour le bien de tous les êtres avec un amour et une compassion infinis.