L’alliance magique du mental et de l’intuition.

Accueil > Psychopathologie > Bouddhisme > L’esprit d’éveil : la Bodhicitta

L’esprit d’éveil : la Bodhicitta

« Le Bodhissattva réagit toujours en fonction de l’état d’âme des êtres. Quand ils sont joyeux, il est joyeux ; et quand ils sont affligés, il est affligé. »

Maître SEUNG SAN.

Le Petit Véhicule du Hînayana se réfère principalement à l’observance d’une pure conduite éthique, qui a pour principe de vie de ne pas nuire à autrui, et à la compréhension de l’absence de réalité de la saisie égocentrique. Cette voie mène à l’apaisement de toutes les tendances conflictuelles, ce qui est déjà un certain niveau de libération individuelle (l’état d’Arahat).

Le Grand Véhicule du Mahayana a pour fondement le sens profond de la vacuité de tous les phénomènes et pour expression, l’amour et la compassion universels. Dans cette vie, le but n’est pas seulement d’atteindre la réalisation pour soi-même, mais également pour les autres afin de les libérer définitivement du cycle de l’existence (samsara). L’esprit d’éveil, ou Bodhicitta, est donc le souhait d’atteindre l’état de Bouddha uniquement dans le but d’oeuvrer pour le bien ultime de tous les êtres. Celui qui engendre cette motivation est appelé un Bodhissattva. En d’autres termes, lorsque l’on est certain que le samsara est un océan de souffrances et que l’on souhaite s’en libérer personnellement, on est alors un pratiquant inférieur...

Tous les êtres animés ne veulent pas souffrir et aspirent à être heureux ; ayant cette aspiration commune, si l’on s’engage à les libérer du malheur et à leur apporter le bonheur, on est alors un pratiquant supérieur.

Dans cette seconde voie, même si quelqu’un nous cause du tort en échange du bien donné, il faut répondre avec sympathie et bienveillance. C’est ainsi que l’on reconnaît les êtres vertueux dans le monde, ceux qui rendent le bien pour le mal.

Un Bodhissattva devrait se demander chaque jour : « Quel acte de bien vais-je accomplir aujourd’hui et de quelle manière vais-je être bénéfique pour mes semblables ? »

Il y a trois moyens de développer la Bodhicitta :

  • Premièrement, en pensant constamment aux êtres et en cultivant l’attitude altruiste de l’amour compatissant.
  • Deuxièmement, en souhaitant, jour et nuit, réaliser l’état de Bouddha uniquement dans le but de libérer tous les êtres de la souffrance sans en excepter même un seul.
  • Troisièmement, d’une part, en s’évertuant à se purifier par l’attention à sa propre conduite mentale et physique, en ne suivant pas ses tendances négatives. D’autre part, en s’engageant à accomplir le bien d’autrui à travers tous les actes du corps, de la parole et de l’esprit sans la moindre intention égoïste.

Afin d’actualiser réellement l’état d’Eveil suprême, le Bodhissattva se doit de pratiquer les six Vertus de Perfection (Paramitas) : le don, la conduite éthique, la patience, la persévérance, la méditation et la sagesse. Si l’on réunissait tous les enseignements du Bouddha en un seul, quel serait-il ? C’est la Bodhicitta !