L’alliance magique du mental et de l’intuition.

Accueil > PNL > PNL et Spiritualité

PNL et Spiritualité

J’apprécie aussi percevoir une certaine recherche du coté de la « spiritualité »
même si tu utilises avec prudence les niveaux de logiques. Je pourrais te dire que
j’utilise avec « prudence » tous les éléments de la PNL. J’utilise de plus en
plus l’intégration que je fais des différents courrants qui m’influencent. Je
suis de moins en moins dans les pensées toutes faites même si je réalise que j’ai
encore plusieurs programmes qui me conditionnent.

Je travaille avec le primat de la subjectivité comme base méthodologique de mon
raisonnement. Ce primat de la subjectivité reconnait qu’il y a des personnes
mieux articulées que moi sur certains sujets, mais qu’en même temps, c’est à partir
de ma propre synthèse consciente ou inconsciente que j’agis. Que le primat de la
subjectivité
peut participer à la tendance à l’objectivité
.

Quand je me réfère à la notion de spiritualité je me réfère à celle que les
« Maîtres spirituels » de toutes les époques et de tous les millieux ont
véhiculée et non pas seulement à la tentative d’explication que Robert Dilts ou
d’autres chercheurs ( ex. Les Andréas ) de la PNL ont formulée. Il est clair
aussi que je différencie la recherche spirituelle de toutes les institutions
religieuses ou autres structures humaines d’encadrement même si je reconnais
qu’on peut se perdre facilement dans nos démarches en dehors des structures
d’accompagnement.

La recherche spirituelle étant une recherche de « vérité » peut être accompagnée
des méthodes de la recherche scientifique dans le respect de leur spécifité
respective.

Je me base aussi sur l’expérience d’émerveillement que tous à un moment ou
l’autre de notre vie, avons eue. Ces expériences sommets sont des cadeaux
dans toutes sortes de circonstances ( marche dans la nature, rencontre amoureuse,
rencontre d’amiEs etc. situation d’apprentissage etc.).

Ces expériences sommets nous projettent au centre de quelque chose hors du
temps, hors de l’espace. Hors ces expériences sont justement des expériences
d’intense présence à ce « qui est » c’est à dire une communion complète avec
l’expérience du moment, avec la totalité du moment. Elle n’est possible que dans
l’ouverture, la contemplation, l’expression de la vérité. Elle s’accompagne de
bonté, de compassion, d’amour, de félicité, de remerciements et j’en passe.

C’est ce « programme » que nous avons à redécouvrir puisque nous sommes « 
programmés » pour celà. Tu vois bien apparaître quelques éléments de mon système
de croyances.

Le défi de ce programme c’est qu’il s’apprend au contact de ceux et celles qui
l’ont découvert et qui le pratiquent. Mais là les illusions sont nombreuses
toutes aussi nombreuses qu’en PNL je crois bien :-))) :-)))

Les « enseignements » nous indiquent que nous nous coupons de notre source de vie
pour « gagner » notre vie et qu’en fait nous nous en éloignons. Nous devons
graduellement réapprendre à nous couper des stimulations externes pour
recontracter notre centre vital, notre centre créateur.

Si j’apprends graduellement à devenir présent à ce centre, celui-ci révèle la
totalité.

Je suis cela dans la présence.

Un des protocoles de la PNL est le point de choix. C’est-à-dire le point ou je
crée l’expérience « indésirable ». Une fraction de seconde avant je n’ai pas
cette expérience et une franction de seconde aprés j’ai enclenché le « programme
 ».

A chaque seconde de notre vie nous sommes à un point de choix. Si nous sommes
totalement et lucidement présents à ces points de choix nous sommes créateurs de
notre expérience.

Au commencement ...

Chaque inspire et expire engendre l’expérience même de qui je suis et je me
découvre en relation, en relation avec mes proches et le monde qui m’entourent
mais aussi en relation avec ce qui me dépasse et ce qui est mystère. Or je suis
tout celà dans l’instant présent de ma manifestation situationnelle. Être présent
dans sa propre conscience à celà, c’est être présent à la totalité.

Je crois que c’est un peu celà le mystère de l’espace spirituel et celui-ci a une « logique » expérientielle. Elle échappe à la simple
construction mentale.