L’alliance magique du mental et de l’intuition.

Accueil > PNL > PNL : Choisir nos émotions

PNL : Choisir nos émotions

Prisonniers de nos émotions ?


Vous pouvez consulter ici la définition de l’émotion.

En repensant à la semaine, au mois ou à l’année précédente, vous pouvez probablement trouver de nombreux exemples de moments où vos sentiments vous ont mené dans la direction que vous désiriez suivre, vous ont permis d’être ce que vous vouliez être et d’accomplir ce que vous vouliez accomplir.

PNL : prisonniers de nos émotions

Si vous passez en revue vos expériences ou même les dernières heures de votre journée, vous découvrirez que vos émotions façonnent une grande part de votre existence et que, dans une large mesure, elles déterminent votre manière de réagir.
(Dans cet autre article les auteurs abordent la question de « l’otage émotionnel »)

Par exemple, peut-être que l’anxiété ou la crainte que vous avez éprouvée à propos d’une réunion imminente vous a conduit à réfléchir à la manière d’y échapper ou de faire face à une éventuelle humiliation, plutôt que de prévoir l’intervention la plus efficace, ce que vous auriez pu faire si vous vous étiez senti déterminé et aviez anticipé votre réussite.

Ou peut-être vous êtes-vous senti intimidé et pas à votre place lors d’un événement social, aussi êtes-vous resté à l’écart et avez-vous réagi maladroitement lorsque les autres se sont intéressés à vous, contrairement à la façon dont vous vous seriez conduit dans la même situation si vous vous étiez senti curieux, capable et intéressant.

N’importe qui peut se remémorer de tels exemples – des instants où
ce que nous avons ressenti n’était pas utile.
Quelquefois, ces émotions inadaptées sont agréables, d’autres fois non, mais elles sont toujours avec nous : vous explosez de colère face aux enfants alors que vous auriez préféré faire preuve de compréhension ; vous vous sentez compréhensif et conciliant face à quelqu’un qui vient juste de profiter de vous pour la troisième fois, alors que vous devriez être en colère. (Voir aussi « Amour et Communication font-ils bon ménage ? »)

Vous pouvez choisir vos émotions !

Après vous être frappé la tête contre vos propres murs émotionnels, vous avez pu en venir à croire que les gens n’ont pas le choix de ce qu’ils éprouvent et qu’une grande part de la vie consiste à faire face aux retombées émotionnelles.

Nous sommes heureux de vous dire que cela ne doit pas
obligatoirement se passer ainsi. Vous pouvez choisir vos émotions et, ce faisant, vivre les types d’expérience que vous désirez avoir dans votre vie quotidienne.

Comment saurez-vous que vous êtes parvenu à développer votre choix émotionnel ? Afin de rendre la preuve de votre réussite plus évidente, laissez-nous tout d’abord vous montrer les conséquences d’un manque de choix émotionnel.
Les individus ont trois manières d’exprimer leur incapacité à faire face
à leurs émotions :

  • La première : en réagissant toujours de la même façon à certaines situations de la vie quotidienne par des émotions dévalorisantes,
    comme, par exemple, ne pas se sentir à la hauteur, se sentir impuissant, honteux, désespéré, en colère ou frustré. Pour certaines personnes, les informations télévisées, un adolescent avec une coupe de cheveux punk, une erreur informatique sur un relevé bancaire ou la découverte d’un mensonge sont autant d’occasions d’éprouver des émotions pénibles.
  • La seconde manière dont ils démontrent une insuffisance de choix
    émotionnel, c’est en n’ayant aucun moyen de faire face aux émotions qu’ils ressentent comme intolérables, comme la timidité, la solitude, le sentiment d’infériorité, la peur ou la culpabilité. Souvent, ils essaient de se débarrasser de ces émotions, soit en se repliant de manière extrême, soit par la violence, ou en ayant recours à des substances toxiques.
  • La troisième : de nombreuses personnes croient qu’il est mal d’éprouver certaines émotions, comme le désir, l’envie, la colère ou l’irritation. A cause de cette croyance, quand ils ressentent l’une de ces émotions, ils sont envahis par la honte ou la culpabilité.

Mais les situations qui suscitent des émotions dévalorisantes chez
certains individus provoquent des réactions favorables chez d’autres.

Nous connaissons tous des personnes qui non seulement s’en sortent
bien mais s’épanouissent dans des situations qui nous apparaissent
difficiles. Elles expriment leur capacité à choisir leurs émotions et ont en commun deux caractéristiques.

  • La première caractéristique de ces individus est leur capacité à réagir avec des émotions variées : soit ils n’éprouvent pas d’émotions dévalorisantes au premier abord, soit s’ils ressentent des émotions négatives, ils n’en restent pas prisonniers. La différence ici se situe en termes de quantité et de flexibilité d’accès aux émotions disponibles ; c’est comme la différence entre la glace chocolat ou vanille et la trentaine de parfums possibles d’un glacier réputé. Disposant d’un vaste éventail d’émotions, de telles personnes ne demeurent pas plus longtemps dans une émotion négative qu’elles ne continueraient à manger un plat de fruits de mer dont le goût serait mauvais à la première bouchée.
  • D’autre part, leur seconde capacité est de réagir à leurs émotions (qu’elles soient plaisantes ou désagréables) comme à des messages réels et significatifs leur indiquant comment améliorer leur vie. Ces personnes ne considèrent pas les émotions comme le fait du hasard dans un environnement hostile.
    Se servant de leurs émotions comme d’indicateurs de leur bien-être, ils
    dirigent leur attention et leurs comportements de façon à ce qu’ils leur
    procurent des expériences émotionnelles positives.

PNL : choisir nos émotions

Vous serez sur la voie du choix de vos émotions quand
vous commencerez à apprécier d’avoir une grande variété
d’émotions à éprouver et quand vous commencerez à comprendre ce que chacune de vos émotions a à vous communiquer.


D’après l’ouvrage « Au cœur des émotions » de Leslie CAMERON BANDLER et Michael LEBEAU.