L’alliance magique du mental et de l’intuition.

Accueil > PNL > Accéder à Différents Etats Kinesthésiques (2ème partie)

Accéder à Différents Etats Kinesthésiques (2ème partie)

2. Autres changements de submodalités.

Maintenant que nous avons une liste de modifications kinesthésiques dont Stan fait l’expérience lorsqu’il entre dans l’état induit par la drogue, l’étape suivante est de déterminer quels autres submodalités changent en même temps que ces modifications kinesthésiques.

"Stan, traverse les étapes que nous avons identifiées en faisant attention aux changements de submodalités qui surviennent dans d’autres systèmes de représentation, comme le système de représentation visuel ou le système auditif. Quand tu retournes dans ces sensations de lumière, de chaleur et de vibration dans ta nuque, est-ce que quelque chose survient dans ton audition ? Est-ce que ta vision change ? Les yeux ouverts ou fermés, quels autres changements de submodalités as-tu remarqués ?

Stan : L’audition. J’allais dire qu’elle est devenue plus fine ; je suis devenu beaucoup plus conscient du bruit de la climatisation. En même temps, j’ai commencé à prendre conscience d’une plus grande acuité visuelle, une plus grande attention aux petits détails.

  • T’es-tu concentré sur un seul détail en écartant le reste, par exemple remarquer subitement le nez de quelqu’un ou la couleur de ses pantalons ? Ou est-ce autre chose ? Peux-tu nous décrire précisément ?

Stan : Je suis devenu beaucoup plus conscient des changements, ces tout petits changements. Ce n’est pas comme sélectionner un détail sur un objet immobile, mais plutôt comme être attentif à tous les mouvements et à tous les changements.

  • Y a-t-il une séquence entre les changements auditifs et visuels ? ... Comment sont-ils reliés à la séquence kinesthésique ?

Stan : Le changement auditif s’est opéré en premier. Il a commencé quand j’ai ressenti la lumière, la chaleur, la vibration. Et ensuite, j’ai commencé à remarquer de plus petits détails au niveau visuel.

  • Est-ce que c’était avant que tu sentes le masque ? Je voudrais connaître la séquence. Si tu as le moindre doute, tu peux volontairement essayer les deux possibilités, pour déterminer laquelle est la meilleure. Par exemple, tu pourrais essayer de remarquer les détails visuels puis, ensuite, de sentir le masque de raideur autour de tes yeux. Ou bien, tu pourrais essayer de sentir le masque en premier et ensuite remarquer les détails visuels. Laquelle des deux séquences te semble la plus agréable ou la plus naturelle ?

Stan : J’ai senti le masque en premier et, ensuite seulement, j’ai pu voir les détails.

  • Ainsi, tu as senti le masque autour de tes yeux et, ensuite, tu as vu les mouvements et les détails. Puis, tu as ressenti le picotement à l’intérieur de ta lèvre supérieure. Y-a-t-il autre chose qui ait changé quand cela s’est produit ?

Stan : Cela a amplifié la lumière, la chaleur et la vibration dans mon cou.

  • D’accord, ainsi, ce picotement dans ta lèvre renforce la sensation dans ton cou, avec laquelle tu as commencé. Parfois, vous obtiendrez ce genre de répétition. Au lieu d’avoir une séquence d’éléments différents, vous avez la répétition d’un élément qui amplifie l’état interne.

Y a-t-il autre chose qui ait changé quand tu as senti la chaleur se déplacer au milieu de ton corps, de l’oesophage au plexus solaire ?

Stan : Cela renforce aussi la sensation dans ma nuque.

  • Maintenant, Stan, j’aimerais que tu t’exerces avec ce que nous avons mis en évidence jusqu’ici. Préfères-tu que nous t’aidions en parlant ?

Stan : Oui.

  • D’abord, tu as dans ta nuque la lumière, puis la chaleur, ensuite la vibration. En même temps que tu as ces sensations, tu peux entendre des changements dans l’ambiance sonore. Ensuite, tu ressens la raideur autour de tes yeux, le masque. Et maintenant tu peux remarquer en détail les petits mouvements, que tes yeux soient ouverts ou fermés. Et ensuite, tu ressens le picotement dans la lèvre supérieure qui renforce toutes ces sensations dans ta nuque. Ensuite, cette chaleur se diffuse au milieu de ton corps, de ton oesophage, juqu’au plexus solaire, ce qui renforce aussi ces sensations dans ta nuque ...

Tandis que tu avances dans ces étapes, as-tu l’impression d’entrer dans l’état suscité par la drogue ?

Stan : Cela n’est pas aussi fort que le véritable état induit par la drogue à certains moments, mais c’est aussi fort que cela a pu l’être à d’autres moments.

  • Avons-nous oublié quelque chose ? Tu viens d’avoir l’occasion de faire ce processus deux ou trois fois, est-ce qu’il manque quelque chose ?

Stan : Non, j’ai pris en compte tous les éléments de base.

  • Maintenant, chaque fois que tu voudras accéder de nouveau à cet état, ce processus te donnera un moyen précis pour le faire, une sorte de recette qui le rend relativement facile.Tu n’as pas eu de difficultés pour le faire ici, même la première fois. Chaque fois que tu le referas, ce sera plus facile et plus rapide. Lorsque tu l’auras fait quelques fois, il est possible que tu n’aies qu’à ressentir les sensations dans ta nuque pour que le reste de la séquence arrive automatiquement."

Démonstration du remodelage.

3. Ajuster les submodalités.

L’étape suivante est le remodelage. Comment améliorer encore l’état interne ? Vous avez probablement entendu parler des chimistes et des fabricants de drogue. Vous pouvez aussi fabriquer vos propres états internes en changeant les submodalités lors de la séquence, ou en en ajoutant d’autres. Vous allez simplement expérimenter différents changements pour trouver l’état que vous aimez le plus.

"Stan, je voudrais que tu fasses différents essais et que tu nous fasses part du résultat. Qu’advient-il de ces sensations dans ta nuque si on les laisse s’étendre davantage en haut et en bas de ton cou ? ...

Stan : Cela intensifie un peu l’état interne.

  • Maintenant, essaye de remplacer la sensation de raideur autour de tes yeux par des picotements...

Stan : Cela diminue l’état interne.

  • Bien. Essaye en ajoutant des petites étoiles à chacun des petits changements que tu remarques dans ton champ de vision ...

Stan : Cela l’intensifie énormément.

  • Tu peux maintenant continuer à expérimenter de cette manière pour déterminer comment modifier encore l’état interne. Tu peux essayer beaucoup de choses.

Que se passe-t-il si tu rends ces sensations plus denses ? Que se passe-t-il si ces sensations passent du chaud au froid, ou bien si elles se diffusent de l’intérieur de ton cerveau jusqu’au sommet de ton crâne ? Tu peux avoir une lumière comme celle d’une ampoule avec beaucoup de contraste, ou bien une lumière diffuse comme si elle était en fourrure. Tu peux aussi avoir beaucoup de petites ampoules lumineuses au lieu d’une seule, et ainsi de suite.

Stan, dans cet état de « drogue » y a-t-il des aspects déplaisants ?

Stan : Il y a une sensation de lourdeur ou de léthargie que j’aimerais parfois changer.

  • Bien. Maintenant, nous allons chercher à découvrir comment tu pourrais alléger cette lourdeur tout en conservant le reste de l’état interne. Par exemple, ressents cette lourdeur maintenant ... Puis, imagine que ton corps tout entier est recouvert de petites étincelles lumineuses sur toute sa surface...

Stan : Cela diminue la lourdeur considérablement.

  • Coup de chance. Tu as trouvé tout à l’heure que les étincelles intensifient l’état interne et des étincelles sont davantage susceptibles de te faire « planer » que de te faire « descendre ». Bien sûr, il y a beaucoup d’autres choses que tu pourrais essayer, et certaines pourraient être encore plus efficaces."

4. Ajuster la séquence.

Jusqu’ici, nous avons modifié ou ajouté des submodalités sans changer l’ordre de la séquence. Vous pouvez bien entendu, la changer pour modifier l’état interne.

Par exemple, Stan, qu’est-ce que cela ferait si le picotement dans ta lèvre se produisait juste après la sensation dans ta nuque ? ...

Stan : Cela me semble un peu plus fort ; tout l’ensemble de sensations dans ma nuque, les sensations fortes dans ma tête, tout est différent. L’intensité augmente d’un cran. Quand je l’ai fait, les vibrations ont très fortement augmenté.

  • Cela semble, en effet, différent. Que se passe-t-il si tu sens le masque de raideur autour de tes yeux en premier, et ensuite seulement, les sensations d’antenne du cube ? ...

Stan : Cela ne change rien.

  • Cela diminue sa réaction et vous pouvez le vérifier de l’extérieur en observant son comportement non verbal. Il ne va pas aussi loin dans le même état interne avec ce changement-là. Que se passe-t’il si tu ressens la chaleur d’abord, puis la lumière et enfin la vibration ? ...

Stan : C’est beaucoup mieux avec la vibration en premier.

  • D’accord, essayons la vibration en premier ... Cela est vraiment efficace ! Parmi les choses que vous essayerez, certaines amplifieront l’état interne, tandis que d’autres le diminueront. Prenez cela comme des exemples sur la manière de modifier la séquence de l’expérience."

5. Comprimer la séquence.

Quand vous changez l’ordre des différentes étapes, il arrive souvent que tout le processus ait tendance à se faire plus rapidement. Quand il est concentré dans un laps de temps plus court, l’intensité s’accroît, le plus souvent. Vous pouvez donc simplement faire dérouler la séquence originale plus rapidement pour en accroître l’intensité. Comme Stan a répété la séquence plusieurs fois, il va avoir tendance à l’accélérer automatiquement. La véritable drogue peut prendre dix ou quinze minutes pour faire de l’effet, mais une fois que nous avons la séquence, Stan peut obtenir cet effet, en quelques secondes. Dès qu’il aura fait cela quelques fois, cela va devenir automatique et inconscient. Très vite, la seule chose qu’il aura à faire sera d’accéder à la première sensation pour que le reste de la séquence s’enchaîne automatiquement ; cela sera comme surfer sur une vague.