L’alliance magique du mental et de l’intuition.

Accueil > PNL > Accéder à Différents Etats Kinesthésiques (1ère partie)

Accéder à Différents Etats Kinesthésiques (1ère partie)

Maintenant, nous aimerions vous enseigner une manière simple et puissante pour avoir accès à n’importe quel état de ressource kinesthésique. Cette méthode est particulièrement efficace pour retrouver les états induits par les drogues. Ceux, parmi vous, qui ont essayé des drogues douces savent qu’elles ont certaines conséquences indésirables : le coût, les problèmes avec la loi et le fait que vous ne pouvez pas retrouver facilement votre état normal. Les drogues sont très efficaces pour entrer dans certains états internes, mais une fois que vous y êtes, il est généralement difficile d’en sortir. Parfois, vous devez conduire pour rentrer chez vous ou faire quelque chose d’autre qui requiert un contact avec le monde réel, et l’état créé par la drogue rend souvent cela difficile.

Quand vous atteignez un état interne, mentalement, sans utiliser de drogue, vous avez l’avantage d’être capable d’en sortir quand vous le voulez et d’éviter la plupart des conséquences indésirables. Vous pouvez facilement contextualiser votre état interne de façon à ce qu’il n’interfère pas avec le reste de votre vie. Si vous enseignez ce processus à des consommateurs de drogue, ils pourront l’utiliser pour obtenir les ressources qu’ils recherchent par ce moyen, sans avoir les conséquences néfastes.

Cette technique trouve son application en médecine et dans l’art dentaire notamment pour contrôler la douleur. Bien que la médecine soit une science merveilleuse qui réalise des choses magnifiques, toutes les drogues ont des effets secondaires. Certaines peuvent avoir de très sévères effets secondaires, particulièrement si vous les prenez en grande quantité ou pendant une durée assez longue ; de plus, certaines personnes sont hypersensibles, voire allergiques à certaines drogues.

Ce processus découle du principe que, si vous découpez une expérience en séquences suffisamment petites, il est facile de la modifier. Notre exemple favori -parce que bizzare- pour illustrer cela, est l’histoire du type qui avait décidé de manger une bicyclette pour figurer dans le livre des records. Il étala en tout petits morceaux les différentes pièces de la bicyclette et, en trois mois, il mangea la bicyclette tout entière. Je suis sûre que vous pouvez trouver d’autres applications de ce principe de découpage et celui-ci en est certainement un que l’on n’oublie pas facilement ! (rire).

Quant vous découpez une expérience en séquences suffisamment petites, vous pouvez changer l’état interne très facilement. Une des choses les plus puissantes que vous pouvez faire avec la P.N.L., c’est de trouver des états de transition. Nous avons tous vécu de merveilleux états internes et nous avons tous eu des états très négatifs, à un moment où à un autre. La question est : « Comment passer des uns aux autres ? » Quand vous êtes déprimé, vous pouvez vous rappeler des moments heureux mais il vous est difficile de les ressentir ; vous avez besoin de savoir comment y parvenir. Beaucoup de gens construisent des châteaux en Espagne et tout le travail en P.N.L. est de leur donner une réalité. La P.N.L. est une technologie qui vous amène où vous voulez.

Les drogues psychotropes sont un moyen très puissant d’atteindre d’autres états de conscience. Les gens qui ont pris du L.S.D. sont entrés dans des réalités très différentes, certaines expériences leur furent utiles, d’autres pas. Mais ces personnes ne savaient pas atteindre naturellement ces états. Elles n’avaient généralement aucun moyen de faire le lien entre les apprentissages qu’elles avaient faits ou les expériences qu’elles avaient vécues, sous l’emprise de la drogue, et leur vie quotidienne. Aussi, beaucoup devinrent -psychologiquement dépendantes de diverses drogues, et même physiquement. Nous aimerions vous apporter d’autres précisions avant de faire la démonstration. Cette méthode demande que vous fassiez appel à vos propres expériences avec la drogue. Si vous n’avez pas une mémoire suffisamment fidèle de ce qui s’est passé à ce moment-là, cela va rendre ce processus un peu plus difficile. Cependant, la plupart des gens ont une mémoire suffisante, même si, au départ, ils pensent le contraire.

Maintenant, faisons la démonstration du processus. Y a-t-il quelqu’un qui voudrait accéder à un « état de drogue ? » Vous n’avez pas besoin de dire quoi que ce soit sur la drogue en question.

1. Séquence kinesthésique

"Stan, la première étape est de retrouver les sensations kinesthésiques qui survinrent lorsque cette drogue commence à faire de l’effet. Je voudrais que tu découpes cette expérience en petits morceaux ou en petites étapes à partir de l’instant où tu entres dans cet état. Par exemple, il se pourrait qu’il y ait une petite vibration quelque part, un petit picotement ou une sensation de relaxation en une partie quelconque de ton corps. Je voudrais avoir la séquence des sensations qui apparaissent à ce moment-là. Par exemple, tu peux faire l’expérience d’une chaleur qui, soudainement, envahit tout ton corps, mais si tu l’examines soigneusement, tu t’aperçois qu’elle a probablement pris naissance à un endroit précis, puis s’est diffusée par étapes.

Stan : Je ne sais pas très bien quel type de drogue prendre comme exemple.

  • Eh bien, prends n’importe laquelle ; une fois que tu sauras comment faire, tu pourras utiliser le même processus avec les autres drogues. Cela n’a pas d’importance.

Stan : D’accord. Ce qui me vient en premier à l’esprit, c’est une sensation de chaleur au sommet de mon crâne, de la lumière, ... Un petit bourdonnement agréable, une vibration.

  • Ceci est plutôt une vibration kinesthésique qu’une vibration auditive, n’est-ce-pas ? Si nous découpons encore davantage, y a-t-il un ordre particulier ? Il y a de la chaleur ; il y a la vibration.

Stan : Je pense que la lumière est arrivée en premier, ... Ensuite la chaleur, et enfin la vibration.

  • Est-ce que toutes ces sensations sont situées au même endroit ?

Stan : Oui ... Ensuite, il y a une sorte de raideur qui me fait penser à un masque de bandit autour de mes yeux ... (la voix de Stan devient de plus en plus lente) il y a un léger picotement à l’intérieur de ma lèvre supérieure ...

  • Pendant que nous recueillons l’information il y a, bien sûr, de fortes chances, pour qu’il retrouve cet état et commence à « partir ». C’est pourquoi certains d’entre vous sont en train de rire ; vous avez remarqué que ses yeux se sont écarquillés et qu’il se met à se balancer sur sa chaise. Quoi d’autre, Stan ? Tu peux revenir ici et maintenant, pour rester en contact avec nous.

Stan : Dans le plexus solaire, ... Cela pourrait être de l’excitation, ou de la peur. J’essaye de déterminer de quelle sensation physique il s’agit.

  • « Excitation » et « peur » sont des « étiquettes » à une sensation. Il s’agit d’une évaluation ou d’une interprétation. Décris la sensation elle-même, en termes de chaleur, de picotement, de lourdeur, de rigidité, ou avec d’autres mots qui décrivent la sensation plutôt que de l’interpréter.

Stan : En vérité, c’est un peu au-dessus de mon plexus solaire. C’est dans mon oesophage, quelque chose comme de la chaleur. Cela peut être rouge. (il fait un geste du haut en bas de sa poitrine)

  • Alors, cela commence vers le cou puis cela descend. Y-a-t’il autre chose ? Nous avons une somme d’éléments assez précise. En ce moment, tu es plutôt bien avec cet état, n’est ce pas ?

Stan : Ouais.

  • Nous allons arbitrairement diviser tout cela en six étapes, simplement pour avoir une trame. Maintenant, nous voudrions que tu recommences une nouvelle fois, pour deux raisons. La première fois, en repassant la séquence en douceur. Ensuite, je voudrais que tu sois attentif à ce que rien n’ait été laissé de côté. Si c’est bien la bonne séquence ?..

1. Lumière dans la nuque.

2. Chaleur.

3. Vibration.

4. Masque de bandit, rigidité autour des yeux.

5. Picotement de la lèvre.

6. Chaleur au milieu (de la gorge au plexus solaire).

Maintenant fais-le par toi-même. Veux tu que je te parle en même temps ? Est-ce que cela est plus facile pour toi ?

Stan : Je viens de le faire. J’ai identifié les séquences en même temps que je les vivais.

  • Super. Remarquez comme son visage est détendu. Nous nous intéressons à son expérience subjective, mais c’est une jolie confirmation externe que cette séquence permet d’accéder à un état de conscience altérée. Avez-vous des questions à ce propos ? Vous avez besoin d’une séquence de sensations kinesthésiques spécifiques. Si la personne prononce des mots interprétatifs comme « anxiété », « peur », ou « excitation », cela n’est pas suffisant. Vous voulez des sensations primaires : « chaleur », « picotement », « légèreté », « lourdeur », « qui se diffuse », « qui irradie » ou tout autre mot qui décrive, de manière appropriée, cette expérience sensorielle kinesthésique. En fait, les drogues agissent directement sur la physiologie, c’est pourquoi vous pouvez toujours vous fier à une séquence kinesthésique ; votre expérience est le résultat de l’action de la drogue sur le système nerveux, sur le système endocrinien et sur bien d’autres choses.."