L’alliance magique du mental et de l’intuition.

Accueil > Edition > Notes de Lecture > Un livre, LILA, un auteur, Robert PIRSIG.

Un livre, LILA, un auteur, Robert PIRSIG.

A lire d’urgence...

Robert PIRSIG a consacré sa vie à élaborer une nouvelle philosophie « La Métaphysique de la Qualité ». Lorsqu’il commence cette élaboration au début des années 60 il se retrouve totalement isolé, seul avec sa pensée et rejeté par ses pairs puis par sa famille. Mis à l’index, il fait une crise psychotique qui le conduit à trois années d’internement pour un diagnostic de schizophrénie paranoïde.

Qualité et dualité.

Quelques années après sa sortie d’hospitalisation, il écrit un premier tome « Le traité du Zen et de l’entretien des motocyclettes », dans lequel il développe le concept de Qualité. Son livre devient un best-seller dans le monde entier. Il y expose comment, si l’on ne peut définir la Qualité, chacun sait de quoi il s’agit. Il montre comment le but de l’évolution est la recherche permanente de la Qualité.

Sa motivation première est de trouver les outils philosophiques permettant de transcender les dualités sujet/objet, esprit/matière, etc. Pour lui, les dualités n’existent pas dans la nature, elles sont créées par le langage, par des « virus » de la pensée, en particulier dans la pensée occidentale. Il en cherche l’origine à travers l’histoire des idées et remonte ainsi à Socrate, Platon et Aristote qu’il tient pour responsables et initiateurs de la vision dualiste. En ce sens, il est dans la lignée d’Alfred KORZYBSKI qui tente dans les années 20, d’élaborer une pensée non-aristotélicienne avec la « Sémantique Générale ».

Après son premier ouvrage, Robert PIRSIG mettra plus de 15 ans à en écrire la suite, LILA, dans laquelle il expose « La Métaphysique de la Qualité ». Il présente aussi le cheminement de sa pensée, il raconte l’histoire de ses prises de conscience et la manière dont il a conçu sa métaphysique.

Qualité dynamique et qualité statique.

La Qualité se présente sous deux aspects, la Qualité dynamique et la qualité statique :

  • La mutation génétique au sein d’une espèce c’est de la Qualité dynamique, la survie et la persistance d’une nouvelle espèce c’est de la qualité statique.
  • Le bouddha en train d’enseigner, c’est de la Qualité dynamique, ses paroles consignées par écrit et transmises dans les sutras, c’est de la qualité statique.
  • Picasso en train de peindre, c’est de la Qualité dynamique, une exposition des œuvres de Picasso, c’est de la qualité statique.
  • La Qualité dynamique transcende et éveille, la qualité statique conserve et témoigne, mais aussi rigidifie.
  • Est mystique celui qui reste en contact permanent avec la Qualité dynamique.
  • Est fou celui qui tente de communiquer aux autres la Qualité dynamique qu’il perçoit et ne peut être ni entendu, ni compris.
  • Est artiste celui qui communique aux autres sa perception de la Qualité dynamique à travers son art.

Les modèles statiques.

La qualité statique se décompose en quatre modèles différents :

  • Un modèle statique inorganique : matière inerte.
  • Un modèle statique biologique : règne du vivant.
  • Un modèle statique social : la loi, la culture, l’organisation sociale.
  • Un modèle statique intellectuel : les pensées et les opinions individuelles.

Bien évidemment la Qualité dynamique et la qualité statique sont intimement liées. Les mutations, changements, innovations, découvertes et créations qui émanent de la Qualité dynamique sont soit rejetées, soit consolidées et pérennisées en qualité statique.

Les différents modèles statiques ont une vie quasi indépendante même s’ils sont en relation directe. Ils sont hiérarchisés, chaque modèle s’appuie sur le précédent.

L’éthique.

Les modèles statiques sont aussi hiérarchisés en termes de valeur. L’éthique dépend de l’échelle ou de la hiérarchie des valeurs. La valeur des qualités statiques présentes dans chaque modèle augmente avec le niveau de chaque modèle :

  • la qualité statique biologique a plus de valeur que la qualité statique inorganique,
  • la qualité statique sociale a plus de valeur que la qualité statique biologique,
  • la qualité statique intellectuelle a plus de valeur que la qualité statique sociale.
    De même dans chaque modèle la Qualité dynamique a plus de valeur que la qualité statique. Ce qui implique qu’au sommet de la Qualité se trouve la Qualité dynamique intellectuelle. Donc les idées nouvelles, les créations originales, les découvertes et les inventions sont au sommet de la Qualité et doivent donc avoir la priorité sur tout le reste. Elles sont ce qu’il y a de plus important pour l’évolution et donc pour l’augmentation de la Qualité.

La santé mentale.

La santé mentale est le résultat d’un équilibre entre qualité statique et Qualité dynamique. Trop de qualité statique conduit à la rigidité et à des comportements névrotiques. Trop de Qualité dynamique conduit à l’isolement et à des crises psychotiques. Selon la Métaphysique de la Qualité le contact permanent avec la Qualité dynamique conduit la personne à se constituer une culture spécifique qui n’est plus partagée par qui que ce soit d’autre qu’elle-même. Cela devient la culture d’une seule personne qui devient incomprise de son entourage et donc mise à l’écart (stigmatisée), soit de manière explicite, soit de manière implicite. Cela peut-être vu comme un mécanisme de défense, comme un anticorps social qui rejette l’intrusion d’une pensée, d’une micro-culture qui serait susceptible de mettre en danger l’équilibre social existant. Robert PIRSIG ayant fait lui-même l’expérience de cette mise à l’index, l’expérience de cette culture d’un homme seul, l’expérience de la folie ou de l’aliénation, écrit ces phrases édifiantes :

« C’était ce qui avait été le plus dur à supporter pendant son propre internement. Pas la folie. Cela venait naturellement. Le plus dur, c’était de supporter la bonne conscience des sains d’esprit. »