L’alliance magique du mental et de l’intuition.

Accueil > Edition > Notes de Lecture > Agir en Leader avec la PNL

Agir en Leader avec la PNL

Pierre LONGIN.

DUNOD.1993.276p.Graph et Illustr.

ISBN : 2 10 0031082

Beaucoup de livres tentent de présenter la PNL. Moins nombreux sont ceux qui en montrent les applications dans un champ d’activité spécifique. Celui de Pierre LONGIN a l’ambition se s’adapter au monde de l’entreprise, au manager ou aux personnes amenées à animer une équipe. Le titre « Leader » ne laisse aucun doute. Il correspond aux dernière tendances de la mode managériale, où après avoir été depuis les années 60 organisateur, manager, stratège, entrepreneur, cultivé l’excellence, il faut être un Leader. Les leaders étant de grands communicateurs et visionnaires, LONGIN va donc puiser dans la PNL et ses techniques tout ce qui peut être utile pour développer son efficacité personnelle, approche relationnelle, son charisme et sa communication. Tout sauf les aspects thérapeutes précise-t-il.

Divisé en 5 parties (efficacité personnelle, approche relationnelle, rapport, métaprogramme et charisme), chaque partie fait l’objet d’une présentation didactique et concise des concepts de la PNL suivi d’applications compsée d’exercices et d’études de cas. Ces études sont vivantes, correspondent à des situations quotidiennes de la vie de l’entreprise. Très plaisant à lire, illustré de quelques dessins humoristiques, le livre de LONGIN est assurément original tant sur la forme que sur le fond. Le style démontre une maîtrise des concepts de la PNL que l’auteur a su mettre en perspective avec ses objectifs pédagogiques et la trame de son livre. Il évite ainsi les descriptions fastidieuses des concepts et méthodes de la PNL. C’est clair, précis, bien cadré.

Il est un des rares livres qui fait état de quelques concepts des sciences cognitives et neurophysiologiques donnant quelques éclaircissements et précisions sur le fonctionnement du cerveau. Cette partie lui donne l’occasion de faire le lien avec la PNL, tout en la « crédibilisant ». Que l’on en juge plutôt : « référence à des données de ce chapitre (celui des éclaircissements sur les fonctions du cerveau) qui éclaireront souvent (...) puisque bon nombre de découvertes de la neurobiologie sont postérieures a la structuration des outils de la PNL, pourquoi ces outils pragmatiques fonctionnent ». Il est aussi un des rares ouvrages où sont cités quelques références françaises des autres approches auxquelles la PNL s’est inspiré, et ce non pas de manière générale, mais pour certaines applications. Les annexes du livre comprennent le corrigé des exercices, un lexique bien fait, et une bibliographie sommaire. S’ajoutent un questionnaire à choix multiple destiné à déterminer le registre sensoriel dominant et tri primaire du lecteur ou de votre interlocuteur. Orienté communication en entreprise, il n’hésite pas a élargir le thème et donner quelques tuyaux comme par exemple la préparation d’une réunion, et les aspects d’une négociation ou conflit. Bien sûr, à chaque fois des techniques PNL sont utilisées pour démontrer l’aide que celle-ci peut apporter. Cet ouvrage qui sans avoir l’ambition de renouveler le monde de l’entreprise apporte, au sein de celle-ci, quelques acquisitions pratiques de la PNL. Un livre que bien des formateurs et stagiaires pourront consulter et s’en inspirer par sa clarté.

Concernant l’aspect thérapeutiques, LONGIN précisait au début de son livre et dans la présentation qu’il est « difficile à utiliser sur le plan professionnel » et c’est bien dommage. C’est l’aspect de la PNL en entreprise qui reste encore à explorer. Il est pourtant essentiel à notre avis, avant même les procédures générales de communication. Les entreprises, comme les personnes, peuvent être névrosées, et nos communicateurs de grand talent formés à coup de stages (pour le bien des formateurs) et de re-organisations (pour le plus grand bien des consultants) le vivent plus ou moins bien. On connaît des cas de changements soudains et répétés d’orientation, ou le culte du secret, pour n’en citer que quelques dysfonctionements qui caractérisent certains entreprises. Des études ont été faite dans ce sens qui mettent en évidence des névroses d’organisation, et qui montrent comment elles affectent la décision, les programmes, les stratégies, la culture et..l’encadrement. Quant aux « leaders », eux non plus n’y ont pas échappé :

Des analyses d’approche clinique ou psychanalytique ont montré leur abus de pouvoir ou leur peur de l’abandonner, leurs doutes sur leur qualification, ou encore qu’ils étaient des « imposteurs et des fous » (sic), et même que certains peuvent faire un transfert de persécution.

De nombreux ouvrages (surtout anglo-saxons) qui mythifient ces nouveaux Dieux de la réussite ont nourri les managers, enseignants, étudiants ou jeunes créateurs. Ils essayent tous de donner, à défaut du mode d’emploi, la définition.

Dés le VI eme siècle avent J-C, le sage chinois Lao-Tseu avait compris que le leader était celui qui peut dire à ceux qui le suivent « nous avons fait cela nous-même ». Les leaders, en dehors du fait de pouvoir se gérer eux-mêmes, aident les autres a se gérer eux-mêmes. Nous partageons en ce sens l’opinion de B.FRIT qui déclarait à ce sujet que c’est avant tout une question de « gestion des états internes ».

Maintenant que P.LONGIN a fait les annexes, il reste a lire (et à faire) le livre sur PNL et entreprise névrosée.