L’alliance magique du mental et de l’intuition.

Accueil > Archives > Témoignages > Transformation Essentielle : des témoignages. > Utilisez le Processus de Transformation Essentielle pour favoriser votre (...)

Utilisez le Processus de Transformation Essentielle pour favoriser votre Santé

Le processus de Transformation Essentielle peut vous aider à résoudre vos difficultés d’ordre psychologique et à réparer vos blessures. Appliqué au domaine de la santé, en complément aux traitements médicaux, il peut vous aider à mieux comprendre les facteurs inconscients qui vous poussent à tomber malade et à identifier les « parties » en jeu... des parties qui ont des « bénéfices secondaires » à être malades, des parties qui veulent réprimer les émotions, des parties qui se sentent en échec, qui veulent mourir... des parties qui veulent « faire des reproches ».

Les parties qui veulent faire des reproches

« C’est ma faute si je suis malade » ou bien « Ce n’est pas ma faute si je suis malade » sont des parties très courantes. Si nous sommes malades, nous pouvons peut-être nous sentir fautifs. Nous nous disons facilement : « J’ai dû faire quelque chose de mal », ou bien « J’aurais dû agir différemment ». Nous faire des reproches nous empêche de percevoir le message contenu dans la maladie et d’y répondre. Le message qu’une maladie a à nous offrir est vraiment extraordinaire. C’est en poursuivant le Processus de Transformation Essentielle que nous commençons à apprécier la valeur de ce message qui est une bénédiction et non pas quelque chose que nous pouvons nous reprocher.
Nous pouvons aussi avoir des parties de nous-même qui ont besoin de se défendre contre tout reproche éventuel. Si nous nous rendons compte que nous sommes sur la défensive et que nous nous surprenons à dire aux autres : « je ne suis pas responsable, il n’y a rien de psychologique dans tout ceci », nous ferions bien de travailler avec cette partie et nous en tirerions profit. Même s’il n’y a pas de facteur psychologique notre maladie, nous pouvons libérer une grande quantité d’énergie en transformant cette attitude défensive. Une femme intervient lors d’un séminaire que j’animais et me dit, en colère : « Je pense que les facteurs physiologiques d’une maladie sont souvent ignorés, et qu’on reproche aux gens d’être malades. J’ai de l’asthme, et ça, c’est physique ». Elle était en colère et c’était peut-être sa réponse envers des amis ou des parents bien intentionnés qui lui avaient reproché sa maladie.
Si nous nous trouvons dans la situation de cette femme en colère et sur la défensive après avoir subi des reproches, travailler avec cette partie de nous-même peut être bénéfique. Cette partie qui est en colère et sur la défensive a besoin que nous la reconnaissions et que nous lui prêtions attention. Nous pouvons créer de meilleures conditions pour la guérison si nous ne cherchons pas à savoir si notre maladie est vraiment d’ordre physiologique ou d’ordre psychologique. Nous n’en savons vraiment rien. Ce que nous savons, c’est que nous faire des reproches ou éprouver le besoin de s’en défendre n’est pas du tout agréable et gaspille une énergie considérable qui pourrait être utilisée pour guérir.

Les parties qui doutent

Vous n’avez pas besoin d’être convaincu que le Processus de Transformation Essentielle aura un impact sur votre santé pour obtenir des résultats. Dans cet ouvrage*, il y a plusieurs exemples de personnes qui ne travaillaient même pas sur un aspect touchant directement leur santé et qui pourtant l’ont vu s’améliorer. Cependant, si vous avez l’impression que le doute vous empêche de faire le processus en profondeur, travaillez avec la partie de vous qui a ce doute. C’est probablement une partie plus jeune qu’il vous sera utile de réintégrer.

Questions utiles à poser

Voici une liste de questions qui peuvent vous aider à mettre en évidence les parties intérieures susceptibles de contribuer à votre guérison.

  • Quelle partie est à l’origine de ma maladie ?
  • Qu’est-ce que j’apprécie dans le fait d’être malade ?
  • Quand est-ce que je ne me sens pas dans mon état normal ?
  • Y a-t-il une partie de moi que je laisse de côté ?
  • Y a-t-il quelque chose que je n’accepte pas ?
  • Ai-je occulté des émotions ou des messages intérieurs ?
  • Quelle est la liste que je « devrais » faire ?
  • Suis-je très attaché(e) à la réussite ?
  • Est-ce que j’ai tendance à me faire des reproches ou à faire des reproches aux autres ? Le fait d’être « en tort » me met-il sur la défensive ?
  • Sur quelle autre partie de moi est-il important que je travaille pour favoriser ma guérison ?

Voici des idées. Utilisez-les une par une. Commencez par les aspects de vous-même qui vous semblent les plus évidents. Certaines personnes guérissent dès la première fois, d’autres ont besoin de faire le processus plusieurs fois. D’autres encore ne guérissent, pas mais elles accèdent à un profond sentiment de paix et de vitalité qui enrichit leur vie. Nombreuses sont les personnes qui guérissent bien avant d’avoir exploité toute cette liste. Si, lorsque vous êtes rétabli(e) physiquement, vous remarquez que c’est bien pour vous de continuer à découvrir des parties de vous-même et à travailler avec elles, faites-le. Ceci vous aidera à maintenir et à augmenter votre capacité à réagir.

* Extrait du livre « Transformation Essentielle » de C. et T. ANDREAS - Éd. LA TEMPÉRANCE.