L’alliance magique du mental et de l’intuition.

Accueil > Archives > Témoignages > Transformation Essentielle : des témoignages. > L’histoire de Victoria

L’histoire de Victoria

Victoria assista à un séminaire de Transformation Essentielle. Le Processus de Réimpression de la ligne de temps parentale fut particulièrement puissant pour elle. Un an plus tard, elle est toujours très enthousiasmée par les changements qu’elle a réalisés avec le processus. Voici son histoire :

« La Réimpression de la ligne de temps parentale fut une chose merveilleuse pour moi. Je vais à l’église et j’ai tout entendu sur la nature de Dieu, sur le pardon, l’amour inconditionnel et la guérison. Dans ma tête, je me disais : »Oui, j’y crois. C’est ce que je veux faire !« Et cependant, avant d’avoir fait la Réimpression de la ligne de temps parentale, je savais pas vraiment comment parvenir à l’amour inconditionnel et au pardon. »Voilà, dis-je, voilà le phénomène dont ils parlent tous, mais personne ne vous enseigne comment faire !" Je m’étonne que certains aient pu atteindre l’amour inconditionnel sans utiliser une méthode comme celle-ci.
J’ai été une enfant adoptée et mes parents adoptifs me dirent que je sortais du ruisseau. Je ne pense pas qu’ils aient jamais compris l’impact que ces paroles eurent sur ma vie. Cela affecta mon estime de moi à un niveau profond. Quoi que je fasse de bien, je croyais que mes origines n’étaient pas bonnes, donc une partie de moi ne l’était pas non plus. La méthode fut une véritable guérison en ce qui concerne le pardon. Je commençai à comprendre, à un niveau profond, que je n’étais pas responsable de ce qu’avaient vécu mes parents biologiques. Je commençai à avoir le choix de mon opinion sur moi-même, et ce fut un énorme poids en moins sur le coeur.

« J’ai été une enfant adoptée et mes parents adoptifs me dirent que je sortais du ruisseau... »

Ça fait des années que je suis diabétique. Ma santé s’est améliorée depuis ce séminaire, et je pense que c’est largement dû à la Réimpression de la ligne de temps parentale. Il y avait en moi quelque chose comme un volcan ou une cocotte-minute. Et je ne savais pas pourquoi cela avait une telle intensité ! Il suffisait qu’on change de ton de voix pour déclencher en moi une très vive réaction. J’étais étonnée par l’intensité de la colère ou de la douleur que je ressentais. Je ne comprenais pas comment une toute petite chose pouvait déclencher une réaction aussi irrationnelle de ma part. Quand je fis la Réimpression de la ligne de temps parentale, je me rendis compte de toute la douleur emmagasinée durant mon passé et des obstacles que j’avais dû surmonter dans ma vie. Je me rendis compte que les schémas de pensées et les croyances qui s’étaient formées à partir de ces premières expériences, étaient en train de construire ma vie quotidienne. Beaucoup de ces croyances et de ces schémas de pensées n’étaient pas sains.
Comme je suis diabétique, la quantité de sucre dans mon sang risque d’aller d’un extrême à l’autre. Si je ne prends pas d’insuline, mon taux de sucre est trop élevé et je pourrais entrer dans un coma diabétique. Quand je prends de l’insuline, mon taux de sucre descend. Si je prends trop d’insuline, le taux chute et je pourrais entrer dans une crise de diabète. L’adrénaline, très utile en temps de danger physique immédiat, devient tout à fait toxique si elle est constamment présente dans le corps. Dans mon esprit, il me semble que l’adrénaline et toutes les autres réactions physiques que j’ai pu avoir, pour fuir ou lutter contre les différents évènements de ma vie, ont contribué à détériorer mon pancréas. Cela me crée un problème de circulation sanguine et mon coeur souffre de palpitations. Je le ressens comme un très très grand danger. Et je réagissais de cette façon quand quelqu’un me regardait de travers. Dès que j’ai cette réaction d’agressivité ou de fuite et que j’ai une montée d’adrénaline, mon taux de sucre se détraque complètement et il m’est très difficile de savoir quelle quantité d’insuline prendre. Ainsi donc, quand mes émotions étaient si mal équilibrées, et cela arrivait régulièrement, j’avais tendance à faire, comme un yo-yo, avec mon taux de sucre allant d’un extrême à l’autre, au lieu de rester simplement stable.
Quand je n’ai pas cette réaction d’agressivité ou de fuite, je digère mieux et je métabolise les sucres plus régulièrement. Comme les bénéfices de la Réimpression de la ligne de temps parentale sont devenus de plus en plus présents dans ma vie, mes émotions sont devenues aussi plus équilibrées et plus stables, et mon taux de sucre s’est également stabilisé.

« Mes émotions sont devenues aussi plus équilibrées et plus stables... »

J’avais des moments particulièrement difficiles avec mes sentiments d’abandon. Quand quelque chose déclenchait ma peur d’être abandonnée, je me sentais brisée. Au moment où je devais me séparer de quelqu’un, j’avais très peur. De l’extérieur, mon comportement pouvait être vu comme de l’arrogance, de l’immaturité ou quelque chose d’autre. Mais, à l’intérieur de moi, je ressentais la terreur de l’abandon qui me tenaillait. C’était souvent un ton de voix chez quelqu’un qui déclenchait cette horrible peur.
En théorie, je comprenais très bien que mes schémas de pensée étaient comme des graines produisant ce que je récoltais dans ma vie. Je le comprenais mais je ne savais pas quels étaient mes schémas de pensée. Au cours du travail avec ma ligne du temps, je me rendis compte que quand je réagissais envers quelqu’un aussi vivement, le ton de voix était similaire à celui de mes parents ; et cela déclenchait ma vieille réaction, même si les circonstances n’avaient rien à voir avec le passé. Maintenant, quand quelqu’un utilise ce ton de voix, j’ai cette petite voix douce qui me dit à l’oreille : « Cela n’a rien à voir avec toi ! » Je n’ai plus de montée d’adrénaline.
J’avais l’habitude de prendre tout ce que les gens disaient comme si cela me concernait même si, généralement, cela n’avait rien à voir avec moi, mais plutôt avec eux. C’était un comportement de peu d’estime de soi poussé à l’extrême.
La première fois que j’ai posé ma ligne du temps sur le sol et au moment où j’allais commencer à marcher dans mon passé, une partie en moi n’a pas voulu le faire. Mon guide me suggéra de le faire à reculons. En le faisant, j’ai eu l’impression de me heurter à des bosses sur le chemin. Je sentais qu’il y avait de sombres choses là-dedans, comme des trous noirs, puis, l’image d’un incident surgit avec la sensation. J’avais supprimé, pendant si longtemps et si profondément, ces trous noirs que je ne savais même plus qu’ils étaient là. Je n’avais jamais eu le droit d’en parler avec ma famille adoptive. Enfants, nous avions vraiment été négligés.

« Peu importait que les circonstaces aient pu être tragiques, elles étaient maintenant pour moi, un cadeau... »

J’ai fait le processus de Réimpression de la ligne de temps parentale deux fois avec un guide, et puis une fois encore toute seule. Etant donné que j’avais, et des parents biologiques et des parents adoptifs, j’ai fait le processus avec chacun. Ce fut vraiment un processus d’intégration. A la troisième fois, je pouvais faire tourner le passé de ma ligne du temps sur ma gauche, de là je pouvais le voir et je me suis rendu compte que ces endroits qui avaient été des trous noirs étaient, maintenant, des points lumineux ! Je me sentais tellement mieux ! C’était comme si chaque point lumineux était une guérison ; peu importait que les circonstances aient pu être tragiques, elles étaient maintenant, pour moi, un cadeau.
Un jour, quelqu’un me dit que ma relation à Dieu était très forte, mais que ma relation à moi-même était en grand danger, et que c’était la cause de mes problèmes de santé. Maintenant, chacun de ces points lumineux est une guérison, un morceau de moi-même duquel je m’étais détachée auparavant et auquel je peux maintenant me reconnecter.
J’ai redonné à mes parents un sentiment d’amour. Ma mère, surtout, avait besoin d’avoir assez d’amour en elle pour être capable d’en donner. Je leur ai redonné aussi la capacité d’être compréhensif et d’avoir de la compassion.

« J’ai trouvé que le processus avait énormément contribué à mon bien-être... »

Quand j’étais debout dans le présent et que je regardais vers le futur, je pressentais que les choses allaient être bien meilleures que ce que j’avais jamais pu imaginer. Je me rappelle avoir marché dans le futur et avoir regardé en arrière vers le passé, et il y avait de la lumière, alors qu’avant ce n’était qu’obscurité. Ceci a été très important pour moi. Plus je suis allée dans le futur, plus mon passé est devenu brillant et plus je me suis rendu compte de l’importance de mon passé pour construire ma personnalité dans le futur. Cela a été formidable de faire l’expérience de mon passé comme étape importante pour construire ma personnalité ! Par exemple, j’avais un parent adoptif qui a essayé, plus d’une fois, de me noyer. Ça semble peut-être bizarre, mais savoir que j’ai survécu à ces évènements est une ressource pour moi maintenant.
J’ai trouvé que le processus avait énormément contribué à mon bien-être. Il me semble que la raison de mes problèmes de santé est liée à mon identité, à des choses dans ma tête dont je n’avais même pas connaissance. Ce fut pour moi le plus grand travail de spiritualité que j’aie jamais fait. Apprendre comment pardonner est un don qui est, pour moi, de nature hautement spirituelle. Et c’est ainsi que je m’y réfère quand je fais le processus avec des gens. Je pense que ça les aide à trouver le don reçu dans leur propre vie. Peu importe ce qui leur est arrivé, c’est quelque chose de positif qu’ils ont emporté avec eux et qui a fait d’eux la personne qu’ils sont.
Chaque fois que je fais le processus avec quelqu’un, je me sens honorée et il me semble que j’en retire aussi un don pour moi-même. C’est comme si un autre morceau de moi se cicatrise aussi ! Je crois que c’est parce que nous avons tant en commun, et mon inconscient retrouve quelque chose de semblable à leur expérience et se guérit lui-même en même temps qu’eux.