L’alliance magique du mental et de l’intuition.

Accueil > Archives > Témoignages > Psychothérapie Intensive > L’intérêt de la PNL en soins infirmiers

L’intérêt de la PNL en soins infirmiers

Pourtant il faut effectuer le traitement : dans quatre heures Mme G. sera sortie. Quelqu’un d’autre attendra ce même lit. C’est pénible, mais il faut procéder au traitement.
Du mieux que j’ai pu, j’ai donc réalisé l’acte, mais il nous a manqué quelque chose d’important : une méthode qui aurait permis à Mme G. De se dissocier de cette charge émotionnelle, pour pouvoir orienter ses pensées parce que : « nous avons en nous les ressources qui nous sont nécessaires. »

Je me souviens particulièrement du jour où je rencontrais Madame G. pour sa deuxième cure de chimiothérapie. Lorsqu’elle s’allongea pour commencer le traitement, elle transpirait de toute part, chacun de ses muscles était crispé, comme tétanisé : le vécu de la séance précédente, particulièrement pénible, inquiétant, l’habitait si fort qu’elle avait mal dans tout son corps. Elle me raconta la manière dont cela s’était déroulé : elle avait dû attendre plusieurs heures, son lit n’étant pas libre. Elle fut difficile à « piquer » et on a dû s’y reprendre à plusieurs fois. Sa chambre implantable* ne fonctionnait pas (absence de retour veineux), ce qui pouvait laisser soupçonner un mauvais positionnement. Elle dû attendre que son chirurgien puisse se libérer puis refaire des examens. Tout cela au beau milieu d’une matinée ou chacun était déjà surbooké et ou la prise de conscience de sa vulnérabilité l’exposa à toutes sortes d’émotions telles que la plus redoutable d’entre elles : la peur.
Pourtant cette fois là, la chambre implantable était plus facile à localiser (elle avait maigri), et on connaissait sa position. Cela allait prendre quelques minutes pour procéder à l’asepsie et pour positionner l’aiguille : j’explique cela à Mme G. : il n’a pas d’inquiétudes à avoir, et je connais bien ce geste...Elle me dit que ça va mais je vois bien qu’il n’en est rien. Elle attend l’administration du traitement dans un état de crainte que je puisse évaluer à l’excès de sudation de sa peau, à sa couleur. Je lui demande de se détendre plusieurs fois, mais je dois bien constater que cela ne fonctionne pas.
Pourtant il faut effectuer le traitement : dans quatre heures Mme G. sera sortie. Quelqu’un d’autre attendra ce même lit. C’est pénible, mais il faut procéder au traitement.
Du mieux que j’ai pu, j’ai donc réalisé l’acte, mais il nous a manqué quelque chose d’important : une méthode qui aurait permis à Mme G. De se dissocier de cette charge émotionnelle, pour pouvoir orienter ses pensées parce que : « nous avons en nous les ressources qui nous sont nécessaires. »

A ce stade, et parce que ce genre de situation est fréquent, j’ai ressenti le besoin d’apprendre certaines méthodes pour ne pas passer à côté de l’essentiel : administrer un traitement chimiothérapique (ou autre), lié à une telle effluve de peur n’est pas vécu comme un soin mais plus probablement comme une agression.

Le travail du Dr Simonton hémato et cancérologue a prouvé par ses tests, les liens indéniables entre notre activité mentale, émotionnelle, et notre système immunitaire. Prise de sang rythmées et comparaisons ont mis cela scientifiquement en évidence : de nos jours, ce n’est plus à démontrer.

D’autres méthodes telles que la radiesthésie peuvent mesurer l’activité vibratoire qu’un être dégage autour de lui, selon la nature de la pensée qu’il émet.
Dans la pratique des soins infirmiers nous voyons bien que la peur majore la douleur parce que « Le corps et l’esprit sont des aspects du même système cybernétique ».
Les techniques du Dr Simonton procédant à des visualisations, (scénarios agréables du passage du produit dans l’organisme), relèvent de la même intention : réunir le corps et l’esprit dans la même synergie.
Grâce à différents protocoles et aux inductions hypnotiques utilisées en PNL cet objectif peut être atteint. En effet, en mettant en lien les ressentis corporels et les sensations internes, l’esprit habite l’organisme, et celui-ci répond aux suggestions de l’esprit. La recherche de cette synergie est essentielle au cours des soins.

Evelyne

*Extrait de son mémoire, réalisé pour la certification de Maître-Praticien PNL