L’alliance magique du mental et de l’intuition.

Accueil > Archives > Témoignages > En Finir avec les Dépendances > « Comment j’ai vécu ma thérapie »

« Comment j’ai vécu ma thérapie »

Le point de départ sine qua non de la thérapie est l’objectif que l’on se fixe à soi-même, sous la guidance du thérapeute afin de se construire selon les règles de la PNL. L’objectif est « contextualisé » (se situer dans les circonstances précises où le problème se manifeste).
C’est le soir en rentrant chez moi que je buvais (ou mangeais trop). Après une journée harassante, je me retrouvais énervée chez moi, dans le bruit de la circulation, sans personne avec qui partager mes émotions, mes vécus, etc.

Je suis venue, après avoir longuement cherché un lieu et des gens comme à La Tempérance, j’ai pris des jours de congé non-payés. J’ai pu arrêter de boire dix jours avant la thérapie ! C’était la condition pour pouvoir venir suivre le séminaire.

Qu’est-ce qui m’a empêchée jusqu’ici d’atteindre mon objectif ? Avec cette question, on touche aux résistances, aux objections, aux parties inconscientes de moi-même qui s’opposent... et qui seront prises en compte avec leurs « intentions positives », leurs ressources, pour qu’elles puissent se mettre au service de l’objectif.

Qu’est-ce qui m’a empêchée jusqu’à maintenant d’être sobre ?

  • L’impatience
  • Le doute
  • L’impuissance (je n’arrive pas à arrêter), c’est plus fort que moi, j’ai tout essayé : les Alcooliques Anonymes, une psychothérapie de soutien de type Jungien, des médicaments qui diminuent l’envie de l’alcool...
    L’angoisse était plus forte.

L’objectif étant posé selon les critères de la PNL, nous avons utilisé l’un des outils fondamentaux nommé « Réconciliation de Parties » ou « SQUASH » avec les deux parties polaires qui étaient en conflit à l’intérieur de moi : la « Boulimique Alcoolique » et la « Mangeuse Sobre ».

Avec la première partie, la « Boulimique Alcoolique » en thérapie, on prend en compte l’état présent et, avec la deuxième, on prend en compte un état polaire désiré, en dissocié (on voit l’image au loin devant soi). C’est le chemin à parcourir, à travers les outils PNL pour résoudre un problème et atteindre une nouvelle solution.

Donc je me représente chacune de ces parties dans chacune de mes mains sous la forme d’une image, d’un symbole, d’une couleur... Cette manière de procéder permet, entre autres, de sortir de l’émotion trop vive que peut occasionner un souvenir.

En l’occurrence, je vois dans ma main gauche une grande forme noire représentant une femme cachée dans sa cape pour la « Boulimique Alcoolique ».

Et dans ma main droite, un soldat, plus petit que la femme, vêtu d’une armure argentée et avec deux épées, pour la partie « Mangeuse Sobre ».

Je ressens alors, au niveau du plexus solaire, une brûlure, un blocage comme si j’étais prise dans un étau de torture.

Avec la guidance d’Elisabeth, je demande à chaque partie, à tour de rôle, quelles sont leurs INTENTIONS POSITIVES, soit : « Que veux-tu de bien pour moi ?

La partie Boulimique Alcoolique me répond (alors que je suis toujours concentrée, les yeux fermés, assise sur ma chaise, à l’écoute de l’image) :

  • Remplir un vide.
  • Merci. Et une fois ce vide rempli (mon plexus se desserre un tout petit peu), que veux-tu d’encore mieux pour moi ?
  • Rejeter ce qui est mauvais.
  • Merci. Et une fois rejeté ce qui est mauvais, que veux-tu de mieux pour moi ?
  • Soulagement.
    Merci. Les réponses se sont arrêtées là et l’image de la dame en cape noire est devenue moins terrifiante, plus petite, un peu plus claire et la cape a disparu, je peux voir la silhouette et sa tête.

Je pose alors les mêmes questions à la partie Mangeuse Sobre :

  • Que veux-tu de bien pour moi ?
  • Me sentir bien.
  • Merci, et encore... ?
  • Etre en accord avec ton écologie interne et externe (la santé, l’environnement où tu vis...).
  • Merci, et... ?
  • Goûter, se délecter de ce qui est bon. »
    L’image du soldat se transforme, il perd son armure, se retrouve en juste-au-corps et sans armes. Et je sens ma respiration qui se libère dans mon plexus.

Puis je demande à chacune de ces parties (toujours concentrée, les yeux fermés, guidée par la voix d’Elisabeth) : quelles sont vos Qualités, vos Ressources respectives ?

Pour la partie Boulimique Alcoolique c’est :

  • « Savoir lâcher-prise ».
  • « Bien-être ».
  • « Énergie vitale ».
  • « Exubérance, joie ».

Pour la partie Mangeuse Sobre, ses Ressources sont :

  • « Clarté d’esprit ».
  • « Intuition ».
  • « Vigilance ».
  • « Réceptivité ».
  • « Maîtrise ».

Les deux images se rapprochent et sont à la même hauteur dans les tons gris, plus foncé un peu pour la dame.

Je fais ensuite dialoguer les deux parties en leur demandant si elles pensent que leurs ressources respectives sont complémentaires. « Oui ». Sont-elles d’accord pour échanger, pour mettre en commun leurs ressources pour créer un objectif commun ? Oui.

Une réponse jaillit « Liberté » et en même temps tout se passe très vite dans la transformation des images et de mes sensations. « Le page » et la « dame » sont blancs et se fondent l’un dans l’autre pour ne faire qu’un personnage sous la forme d’une belle dame blanche à la longue chevelure lumineuse. Cette femme pénètre lentement à l’intérieur de moi, comme si elle se fondait en moi et je ressens, au niveau du plexus solaire, une respiration ample, libre et profonde. Un bien-être envahit tout mon corps comme après un bon sommeil réparateur.

La voix d’Elisabeth me demande maintenant d’ouvrir lentement les yeux tout en restant bien imprégnée de mon état de bien-être (associée, ce qui crée une mémoire nouvelle corporelle, une empreinte, un « ancrage » et son activation va pouvoir faire réagir l’inconscient pour opérer le changement désiré). Elle me demande ce que je ressens à l’idée d’Etre Sobre.

La certitude qui m’habite est que je me sens LIBRE. Libre de la compulsion (désir irrésistible). Libre du manque.

Ensuite, ce processus de « réconciliation de deux Parties » a, au cours de la thérapie, été renforcé par d’autres processus, notamment par le protocole pour traiter la « compulsion » (« l’envie irrésistible ») et celui de « Transformation Essentielle »* qui sera développé dans le prochain numéro.
A bientôt.
Estéli.


Témoignage paru dans le N°38 de LA TEMPÉRANCE