L’alliance magique du mental et de l’intuition.

Accueil > Accueil > Votre formation

Votre formation

Avec le style, tout devient facile !

Vous pouvez vous déformer et vous former à devenir Hypnothérapeute tout en sachant déjouer les pièges... Ça vous dit ?

La symphonie de l’inconscient

Faisons un rêve ensemble et imaginons comment ça se passe. Votre formateur, votre enseignant, votre prof est là, il explique une technique particulière, un exercice que vous allez faire dans quelques minutes. Que se passe-t-il ?

Votre formateur parle avec un discours logique qui explique les différentes étapes de l’exercice. Vous êtes attentif, vous notez les étapes, vous vous assurez de bien tout comprendre. Vous allez même poser des questions ou écouter les questions que les autres posent. Et écouter aussi les réponses du formateur.

Pendant que votre esprit conscient est occupé à ce qui précède, que fait votre esprit inconscient ? Supposons que votre formateur maîtrise totalement ce qu’il est en train d’enseigner. Ça vaut mieux... et vous allez comprendre pourquoi.

En vous expliquant la technique ou le savoir-faire qu’il veut vous transmettre, le formateur a laissé son inconscient s’exprimer. Son inconscient s’est exprimé à travers la tonalité de sa voix, par le rythme de son discours, par le choix des images et des métaphores. Il s’est aussi exprimé par sa gestuelle et son attitude physique son déplacement éventuel dans la pièce, les mouvements de son corps. Les mimiques de son visage, les mouvements de ses yeux, leur focalisation dans l’espace ont aussi transmis énormément d’information.

Mais bien plus extraordinaire encore, la synchronisation de ces différents canaux de communication a créé une sorte de symphonie comme le font les différents instruments d’un orchestre. Bien-sûr, votre esprit conscient lui n’en n’a pas perçu grand-chose. Toute cette musique, cette danse, cette pantomine a, par contre été perçue jusqu’au moindre détail par votre esprit inconscient. Et l’essentiel de l’enseignement qui vous était destiné lui est parvenu à coup sûr.

Donc, votre inconscient lui, sait très exactement quoi faire. Mais voilà , votre esprit conscient lui, a une idée de ce que c’est que de bien réussir l’exercice et il va créer un filtre, une censure, voir même un barrage contre tout ce qu’il pense qui n’est pas correct.

La plupart du temps, lorsque le formateur parlait et transmettait son enseignement, votre esprit conscient ne pouvait pas s’empêcher d’évaluer, de soupeser, voire même de critiquer intérieurement le formateur.

Mais, enfin, ce conscient, pour qui il se prend ?
Comme s’il ne connaissait pas parfaitement la matière !
S’il la connaissait tant que ça, que fait-il là ?
En fait, tout est en train de se passer de la manière suivante :

  • Le discours logique du formateur n’est que l’occasion de laisser s’exprimer la symphonie de son inconscient,
  • Votre conscient lui, critique intérieurement le discours du formateur et critique aussi plus ou moins le style de la symphonie du formateur.

Ça y est, le mot important a été lâché : le style ! le style du formateur ! Voilà, le style du formateur, c’est cette symphonie d’harmonies et de synchronisation entre la tonalité de sa voix, le rythme de ses paroles, les mimiques de son visage, les gestes de ses mains, les déplacements de son corps et la danse de ses yeux.

Vous ne trouvez pas ça fascinant ? Et pendant ce temps, votre inconscient apprend le pas de danse, la musique de la voix, les changements de rythme etc...
Et ce qu’il va en faire, la manière dont il va interpréter tout cela, va composer votre style.
Et bien oui ! C’est ainsi !
C’est votre style qui s’exprime dans votre inconscient. Et vous comprenez bien que tout serait beaucoup plus facile si votre conscient laissait votre style s’exprimer.

Avec le style, tout devient facile !

Et le reste, c’est de la littérature, et il y en a de la bonne. Tenez, voici un extrait de la Correspondance de Carl Jung :

"Dans les livres, vous pouvez apprendre beaucoup de choses sur la psychologie mais vous découvrirez vite que cette psychologie ne sert pas à grand-chose dans la vie pratique... La psychologie n’est pas seulement un quantum de savoir, c’est aussi une connaissance de la vie...
Tout le monde ne doit pas savoir la même chose, et le savoir en question ne peut jamais être transmis à tous de la même façon. "

Lisez bien cet extrait et remarquez les similitudes et les différences entre ce qu’écrit Jung et ce que vous venez de lire plus haut dans le texte. Et laissez un sens apparaître dans votre esprit. Dans cette histoire de style, dans ce processus qui va laisser votre style s’exprimer, vous comprenez bien qu’il vous faut résoudre le problème que pose l’esprit conscient qui vient se mettre en travers de votre expression.

Dans beaucoup de formations, le style n’arrive qu’à la fin. Ne pensez-vous pas qu’il vaudrait mieux qu’il arrive dès le début ? Car n’oubliez pas :

« Avec le style, tout devient facile ! »

C’est pour cela que dans l’ordre des apprentissages du début de votre formation d’hypnothérapeute il est important que vous sachiez très vite mettre une personne en transe, que vous adoptiez très vite aussi un cadre éthique sans faille et que tout de suite après, vous laissiez votre style s’exprimer, se développer et s’épurer.

En fait, votre style est déjà là, il suffit de le laisser s’exprimer et il n’y a rien à faire pour l’épurer, votre esprit inconscient va le faire automatiquement avec intelligence et sagesse.

Vous ne trouvez pas que c’est quand même beaucoup plus facile, confortable et agréable ainsi ?

Bien évidemment, comme votre esprit conscient est partie prenante là-dedans, il y a un certain nombre de précautions à prendre pour que tout aille bien. Il y a 2 pièges à éviter.

Evelyne et Nadine

C’est le début de la formation, le premier ou le deuxième jour. Les stagiaires ont travaillé deux par deux. Ils avaient comme instruction :

« Ceux qui vont jouer le rôle du patient, vous allez exposer un objectif ou un désir personnel de changement ou d’amélioration. Vous ne choisirez rien sous la forme de cesser de..., arrêter de..., éviter de... mais plutôt quelque chose formulé de façon positive. En particulier, ne choisissez pas quelque chose comme arrêter de fumer, par exemple. Vos partenaires ne sont pas encore assez expérimentés pour travailler avec ça. Pour ceux qui vont jouer le rôle de thérapeute, vous refusez tout ce qui est sous la forme »arrêter de..., ne pas faire... Etc... Et vous posez les questions examinées pendant la présentation. En particulier tout ce qui en rapport avec le contexte comme : quoi, quand, où, avec qui, comment, etc... « A la fin de l’exercice, le groupe se rassemble pour la phase de restitution de l’exercice, le feed-back... Lorsqu’elle prend la parole pour donner son feed-back, apparemment, Nadine, une des stagiaires, ne semble pas très bien. Elle a un sentiment d’échec, ne précise pas ce qui s’est vraiment passé mais s’exprime en termes généraux. Puis sa partenaire, Evelyne, prend la parole, l’air très satisfaite, et confirme que Nadine n’a pas su poser les bonnes questions et qu’elle-même a fait les questions et les réponses. Le formateur lui demande alors : »- Quel était ton objectif de changement ?

  • Arrêter de fumer, répond Evelyne.
  • Ah ! répond le formateur, j’avais donné la consigne précise de justement ne pas prendre ce genre d’objectif de changement. Vous n’avez pas encore l’expérience suffisante pour le traiter. C’est malheureusement le meilleur moyen de mettre votre partenaire en situation d’échec !!! « Evelyne, au lieu de reconnaître son erreur et de s’en excuser auprès de Nadine, conserve son air triomphant comme si elle avait joué un bon tour à sa partenaire. Elle ajoute : »- Mais c’était à elle de me corriger, en plus, comme c’était la consigne, c’était particulièrement évident ".

Etonné par cette remarque, le formateur, un peu suspicieux, demande :

  • Mais est-ce que tu fumes ?
  • Ben non, pas du tout ! répond Evelyne.

Un grand silence tombe sur le groupe, un peu interloqué alors que Nadine qui s’est voutée sur son siège, est au bord des larmes et qu’Evelyne semble trôner au centre du groupe, triomphante, un air de défi sur le visage.

Que pouvez-vous conclure de ce qui s’est passé ?

D’abord, la consigne du formateur sous forme d’instructions négatives, pouvait prêter à confusion. Il ne fait pas la différence entre le positif et le négatif, donc Evelyne a, semble-t-il, retenu la consigne négative.
Vous auriez raison de dire que c’est l’inconscient d’Evelyne qui a réécrit l’instruction « ne pas prendre arrêter de fumer » en « prendre arrêter de fumer ».

Ce qui est étonnant, c’est que simultanément, l’esprit conscient d’Evelyne est parfaitement conscient de ne pas suivre la consigne, il laisse l’inconscient « en faire qu’à sa tête » et continuer sa compréhension primaire. Il transforme la consigne en « choisissez fumer » : il supprime les deux négations. Car Evelyne ne fume pas. Et l’exercice se fait sur un quiproquo incroyable, Evelyne proposant un objectif de changement « interdit » par la consigne, alors qu’elle n’a même pas le problème !

Cette situation montre ici, comment l’inconscient d’Evelyne impose son style sans aucune censure de son conscient qui a parfaitement compris la consigne.
Vous êtes ici sans doute un peu perplexe ! Rassurez-vous ! Vous allez comprendre comment une telle situation est possible.

Si vous considérez la posture triomphante d’Evelyne, l’accablement de Nadine au bord des larmes et les silences consternés du groupe, vous vous rendez bien compte qu’il y a un truc. Vous avez trouvé ? Quelle est la question fondamentale qui se pose ?

La voici :

« Mais où est donc passé la bienveillance ? Où est la qualité ? Où est le bien là-dedans ? »

Et bien, ils sont absents. Seule Evelyne triomphante s’est fait du bien, au détriment de Nadine et du reste du groupe interloqué mais qui va peut-être exprimer peu après sa compassion envers Nadine.

Est-ce une situation classique en formation ? Pas vraiment, mais des situations comme celle-ci peuvent arriver. Vous comprendrez qu’ici, Evelyne souffre d’une « maladie grave » assez difficile à soigner : « le syndrome de la toute-puissance » ?

Elle s’est arrangée pour à la fois dominer Nadine, la mettre sous sa coupe, capter l’attention de tout le groupe et nourrir son autosatisfaction ainsi que son sentiment de puissance !

Vous comprendrez aisément que cette attitude devrait durablement l’empêcher non seulement d’exercer en tant que thérapeute mais aussi de participer à une formation d’hypnothérapeute.

La bienveillance des formateurs permet parfois à ce genre de personnes de terminer le module de formation commencé en faisant le souhait que la personne puisse prendre réellement conscience de son état et de son comportement et qu’elle puisse le changer.

Hélas, l’expérience montre que ce n’est presque jamais ainsi que ça se passe. Evelyne va probablement perturber toute la formation :
Ses partenaires seront réticents à faire les exercices avec elle,
Le formateur va focaliser son attention sur elle pour veiller à ce qu’elle ne déstabilise par les autres participants,
Les recadrages permanents que devra faire le formateur vont provoquer des sentiments désagréables dans le groupe.

Juste une dernière remarque, si vous n’êtes pas d’accord avec ce qui précède sur le comportement d’Evelyne, fermez vite ce site et reposez-le, vous n’y trouverez plus rien d’intéressant pour vous !

Vous voulez continuer ?

Alors, continuons ensemble.

Un des moyens d’éviter le genre de problème comme celui survenu entre Evelyne et Nadine, c’est de fournir aux élèves des protocoles précis, voire même des scripts ou des scénarios à suivre à la lettre. Il se trouve que ça peut faciliter notablement la tâche du formateur qui, mis à part son rôle de distributeur de scripts et de lecteur du scénario à haute voix, n’a plus qu’à répondre aux questions du groupe !

Pour les participants, cela va considérablement les rassurer, ils n’auront qu’à suivre le protocole ou le script en le lisant, sans se tromper pour être sûr de bien faire ! Les plus studieux pourront même apprendre le document par cœur pour être encore plus rassuré et pouvoir se donner une contenance d’assurance et de confiance en soi !

Bien évidemment, il y a des savoirs objectifs qui non seulement peuvent être transmis de cette façon, mais doivent l’être. En effet, vous le savez !
« Les paroles s’envolent, les écrits restent ».

Donc, tout ce qui est de l’ordre des explications logiques, rationnelles, historiques et factuelles pourra être conservé de cette manière pour référence future. Mais que se passe-t-il si des instructions opérationnelles, des inductions hypnotiques sont enseignées de cette manière ?

Vous le savez aussi, vous l’avez compris ! Vous vous adressez alors à l’esprit conscient, vous lui donnez la responsabilité de conduire le travail d’hypnothérapie. En même temps, vous frustrez la partie inconsciente, vous la privez de ce qu’elle sait le mieux faire. Vous lui donnez toutes les raisons d’être de moins en moins coopérative dans votre projet d’hypnothérapie.

Et croyez-le ou pas, la partie inconsciente, si elle cesse de collaborer avec vous dans votre formation ou dans votre pratique d’hypnothérapeute, vous allez le sentir passer ! Quoique cela dépend de la finesse et de la sensibilité de votre esprit conscient. En bref, n’espérez aucun progrès, aucune efficacité réelle, en vous appuyant sur le renforcement de la partie consciente pour développer vos qualités d’hypnothérapeute. C’est un peu comme si vous choisissiez la personne la moins apte pour réaliser une mission de première importance.

Et le pire est à venir : plus vous utiliserez des protocoles et des scripts tout faits moins vous parviendrez à laisser votre style personnel s’exprimer. Vous deviendrez un hypnothérapeute insipide, sans saveur, clone de dizaines d’autres, impossible à différencier de la masse et surtout vous devrez sans cesse vous battre contre la concurrence de vos semblables.
Est-ce cela que vous voulez ?

Revenez à l’essentiel :
« Votre style n’a pas de concurrence et avec le style tout devient facile ».

Quand vous aurez échappé aux deux pièges que vous venez de lire :

  • La toute-puissance,
  • Le multiprotocole,

Alors vous pourrez être sûr que votre style s’est manifesté, que votre efficacité thérapeutique est là, que votre clientèle est derrière votre porte, bref, que votre « carrière » d’hypnothérapeute est lancée et là, votre pire ennemi vous guette, tapi dans l’ombre, prêt à vous abattre ?