L’alliance magique du mental et de l’intuition.

Accueil > Accueil > Hypnose singulière et plurielle

Hypnose singulière et plurielle

Hypnose de rue, hypnose médicale, hypnose thérapeutique, hypnose de scène, hypnose humaniste, la nouvelle hypnose... Mais à quand remonte l’hypnose ? Quelles sont ses origines ? Qu’est ce qu’un état hypnotique ? Saviez vous que TOUT, absolument TOUT est TRANSE ?

Le mot hypnose existe depuis 1850 environ. Ce mot représente un état particulier de l’esprit (du mental), et du corps.

Cet état est, semble-t-il, spécifique aux humains mais aussi aux mammifères en général. Par exemple, les proies telles que les antilopes, lorsqu’elles sont capturées par leur prédateur, se mettent dans un état de stupeur et de total relâchement. Cet état leur permet de n’offrir aucune résistance au moment de leur mise à mort et d’éviter ainsi, toute souffrance.

Cet état particulier dans lequel se mettent les antilopes et d’autres mammifères, peut être considéré comme un état de transe (hypnotique). Ce qui est intéressant, c’est de noter que dans le règne animal, la transe est utilisée pour diminuer la souffrance et la douleur.

Ce qui caractérise l’hypnose, c’est donc la transe.

La transe est donc un état physique et mental particulier, différent de l’état ordinaire. C’est pour cela qu’on parle aussi d’état modifié de conscience.

Evidemment, les antilopes parviennent à modifier ainsi spontanément leur état de conscience, pour éviter la souffrance. Chez les êtres humains, de nombreuses substances naturelles ont été utilisées pour faciliter ce changement d’état de conscience. Et encore aujourd’hui, on utilise toutes sortes de produits pour y parvenir :

  • Le tabac,
  • L’alcool,
  • Les antalgiques,
  • Les tranquillisants,
  • Les antidépresseurs,
  • Les produits dopants,
  • Les drogues illicites,
  • Etc...

Dans la longue histoire humaine, il semble que dans toutes les civilisations, sur toute la surface de la terre, il y ait eu de tous temps des personnes appelées chamans, hommes-médecins, sorciers, exorcistes, psychothérapeutes ou hypnothérapeutes, selon les époques, dont la fonction était de connaître les moyens de changer, de modifier les états de conscience pour obtenir une meilleure qualité de vie (diminuer la souffrance physique et psychique), aussi permettre aux uns et aux autres de réaliser leur potentiel.

Ces personnes sont à la fois capables de modifier leur propre état de conscience et, ce faisant, de permettre aux autres de modifier le leur.

Il est intéressant d’examiner d’un peu plus près le rôle des chamans dans l’histoire humaine préhistorique. A cette époque, le groupe humain, le clan, la tribu varie entre 20 et 100 personnes au maximum.

Les estimations des historiens indiquent plutôt une moyenne autour de 30 à 50 individus. Il faut comprendre qu’à cette époque, la terre est très peu peuplée, les humains sont très dispersés et ils parcourent de grands territoires en suivant les migrations des troupeaux de faune sauvage qui construisent l’essentiel de leur nourriture, rennes, chevaux ou autres.

La cohésion du groupe est un élément indispensable à la survie de tous. Chacun est indispensable et vous pouvez être sûr qu’une forme d’harmonie collective doit impérativement régner.

Tous vivent au sein d’une réalité partagée, réalité d’abord dicté par la nature de l’environnement et par les conditions d’existence identiques pour chacun. Mais plus encore, vous devez comprendre que les membres du clan partagent aussi un mythe collectif de leur origine qui sert de colle pour justement maintenir leur cohésion. Il est intéressant de constater que c’est le chaman qui détient la transmission du mythe des origines du clan et que c’est lui qui va régulièrement jouer le rôle de conteur au coin du feu pour rappeler à chacun son origine, pour former la cohésion du groupe.

Et c’est la magie du langage, car ce qui va distinguer ces groupes d’humains des hordes animales c’est ce développement et cette utilisation du langage pour créer, entretenir et récréer un groupe soudé.

Ce fut probablement la première fonction du langage, raconter un mythe fondateur, créer une transe collective qui va faire d’une horde, un clan, une tribu,’ puis plus tard, dans l’histoire, des peuples et des nations.

Et ainsi, ces groupes épars d’êtres humains, si faibles individuellement au milieu d’une nature hostile voire presque inhabitable au moment des phases de glaciation, vont peu à peu se hisser au sommet de la chaîne alimentaire.

Ce ne peut être un hasard de l’évolution que soit si vite apparu cette fonction humaine de chaman, de guérisseur, d’hypnotiseur. Vous pourriez même penser que plutôt d’être un produit de l’évolution humaine, cette fonction d’hypnotiseur en est la cause principale.

Oui, vous avez bien lu, la cause principale !

La cause principale en maintenant la cohésion du groupe, mais pas seulement !

Car imaginez maintenant, qu’un membre du groupe soit malade, découragé, déprimé. Il devient très vite une charge, un danger pour le reste de la tribu : il n’assure plus son rôle. Si c’est un homme, on ne peut plus compter sur lui à la chasse ou pour protéger la tribu.
Si c’est une femme, on ne peut plus compter sur elle pour prendre soin des enfants.

Et c’est sans doute là que le chaman / hypnotiseur devient le premier psychothérapeute de l’histoire des dizaines de milliers d’années avant que le mot ne soit inventé.

Ce chaman / hypnotiseur va créer, inventer ou se rappeler d’une histoire ou d’un rituel particulier qu’il va utiliser avec ce membre « malade » de la tribu pour le réinsérer dans le mythe collectif, dans la réalité partagée du groupe afin qu’il puisse reprendre sa place pour participer à la survie du clan.

Le plus extraordinaire dans tout cela, c’est que ce rôle de chaman/hypnotiseur est sans doute la première spécialisation « professionnelle » de l’espèce humaine.
Le plus vieux métier du monde c’est hypnotiseur, dans une fonction pas si différente que ça du rôle actuel de l’hypnothérapeute.

Ne pensez-vous pas justement que c’est le rôle de l’hypnothérapeute moderne de soulager la souffrance d’une personne pour qu’elle puisse reprendre sa place et sa dignité d’être humain au sein de son groupe social, de sa famille, de ses amis, de la société ?

Vous ne trouvez pas cette similitude extraordinaire ?

Et c’est ce qui fait la singularité de l’hypnose, ses racines si profondément enfouies dans notre humanité.

Comme vous pouvez le constater, la transe a accompagné les hommes depuis des milliers d’années. Disons, pour simplifier, depuis 100 000 ans. Si le mot hypnose n’existe que depuis moins de 200 ans, la réalité qu’il définit existe, elle, depuis 100 000 ans !

Mais alors, qu’est-ce qu’une transe (hypnotique), un état modifié de conscience ?

La première réponse, c’est : « Un état de conscience différent de la conscience ordinaire ».

Et c’est comme si, par tranches de vie, nous étions dans des états de conscience différents, selon nos activités, nous sommes dans des transes différentes. On peut alors noter que :

  • Un musicien sur scène est en transe,
  • Un pilote de Formule 1 sur un circuit est en transe,
  • Un nageur olympique en train de battre un record est en transe,
  • Un marathonien en plein effort est en transe,
  • Deux amoureux qui se rencontrent sont en transe,
  • Un spectateur au cinéma est en transe,
  • Etc...

Bref, vous pouvez constater que tout est transe !

Nous enchaînons des états de conscience différents, d’instant en instant, selon le contexte et la tâche à accomplir, et des transes différentes.

L’hypnose, ou la transe hypnotique, est donc un compagnon de longue date des êtres humains.

Les choses se compliquent lorsqu’on veut décrire, définir ou expliquer l’hypnose et la transe.

Psychisme ou magnétisme animal

Jusqu’au 18ème siècle, personne ne se posait la question. L’hypnose, ou la transe hypnotique, était considérée comme la conséquence de ce qu’on appelait le « magnétisme animal ». A partir de la fin du 18ème, début du 19ème , l’hypothèse d’une cause psychologique de la transe est venue créer une controverse qui se poursuit encore aujourd’hui.

L’hypothèse psychologique a conduit à la séparation de notre « esprit » en esprit « conscient » et en esprit « inconscient ». Il est vrai que dans chaque type de transe, certaines perceptions sont amplifiées, tandis que d’autres sont ignorées. C’est comme si nous sommes absorbés par une transe particulière qui rétrécissait notre conscience et focalise notre attention sur des aspects précis de notre conscience.

Alors que les adeptes du magnétisme animal pensaient que la transe hypnotique était une sorte d’amplification et d’élargissement infini de la conscience.

Directe ou indirecte

Au 20ème siècle, une autre distinction est apparue entre hypnose directe et hypnose indirecte, en particulier avec le travail de Milton ERICKSON, puis de Richard BANDLER et de John GRINDER qui a donné la PNL.

L’hypnose directe est la transe qui résulte d’une action précise et visible ou d’une série d’actions dont le but est de provoquer le changement d’état de conscience. Par exemple :

  • La prise d’un produit, d’une drogue ou d’un médicament,
  • Un ordre hypnotique, comme « dormez, maintenant, je le veux »,
  • La capacité personnelle de se mettre en état d’auto hypnose,
  • Etc...

L’hypnose ou la transe indirecte est l’état de conscience qui résulte d’une action anodine qui provoque le changement d’état de conscience :

  • Aller voir un film,
  • Répondre à une question particulière...

Les différentes formes d’hypnose

Il existe un certain nombre de formes différentes de l’hypnose. Elles sont différentes soit par le contexte dans lequel elles sont utilisées, soit par l’époque à laquelle elles ont été crées. La liste ci-dessous comporte les principales formes ou du moins les formes les plus répandues ou les plus connues :

  • L’hypnose classique,
  • L’hypnose de scène,
  • L’hypnose de rue,
  • L’hypnose Ericksonnienne,
  • L’hypnose humaniste,
  • La nouvelle hypnose,
  • La programmation neuro-linguistique (PNL),
  • L’EFT

Evidemment, vous pouvez vous demander ce qui les différencie et la réponse à cette question n’est pas facile. Pour simplifier les choses, il est intéressant de se référer aux critères les plus anciens, les plus traditionnels même si d’autres critères pourraient être retenus (comme hypnose permissive ou autoritaire par exemple) :

  • Directe ou indirecte,
  • Dissocié conscient/inconscient ou conscience élargie.